Accueil Actualités Earth Water veut implanter une usine d'embouteillage en Lozère


Earth Water veut implanter une usine d'embouteillage en Lozère

Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

Earth Water va bientôt exporter de l'eau lozérienne à travers le monde.
Earth Water va bientôt exporter de l'eau lozérienne à travers le monde. (FABIEN HISBACQ)

 

L'ONG canadienne Earth Water, dont les locaux français sont situés à Lattes dans l'Hérault, veut implanter une usine d'embouteillage en Lozère.

Si l’eau suscite souvent des débats en Lozère, il est un point sur lequel tout le monde s’accorde : c’est le département des sources. Une réputation pas usurpée qui séduit Earth Water. L’ONG canadienne a en effet un projet d’implantation d’usine d’embouteillage. Elle a identifié deux sources possibles, une en Margeride, l’autre dans l’Aubrac. Pour une exploitation de l’eau unique en son genre dans tous les domaines.

Exploitation de 30 à 50 millions de cols

Déjà en raison de l’échelle du projet. Le site emploierait entre 15 et 20 personnes, ce qui en fait une structure assez petite. La production sera aussi "raisonnable et raisonnée", assure Nicolas Avignon, le dirigeant d’Earth Water France : "À terme, entre 30 et 50 millions de cols (NDLR : bouteilles)", soit "quelque part entre l’artisanat et l’industrie".

Un projet de musée de l'eau

Autre originalité, le site d’implantation, qui verra naître un petit musée sur l’eau et un pôle restauration, le tout dans des bâtiments écologiques. Mais surtout, l’entreprise ne sera pas propriétaire. "La source appartient à la Lozère. On fera une coopérative et on essaiera d’organiser une souscription la plus large possible. Quelque chose d’un peu unique encore", se réjouit Nicolas Avignon, pour qui le choix de la Lozère était une évidence. "On fait de l’humanitaire, de l’écologique, du social... Ce sont aussi les valeurs du département que l’on retrouve", estime-t-il.

Bureaux situés à Lattes dans l'Hérault

Mais il y a au moins trois autres critères qui ont séduit Earth Water : l’image de la région, sa localisation et la qualité de l’eau. "Il faut un bel environnement pour vendre un bon produit. On peut faire du marketing dans l’humanitaire ! Ici, il y a une histoire à exploiter, la nature, le côté sauvage", s’enthousiasme le dirigeant d’Earth Water France, dont les bureaux, situés à Lattes (Hérault), ont favorisé une implantation en Languedoc-Roussillon. Enfin, la qualité de l’eau a achevé de convaincre les entrepreneurs. "On a fait des analyses très poussées et on s’est rendu compte que l’eau, ici, était vraiment très bonne. Elle est qualifiée de préhistorique, voire virginale. Elle est pure", soutient Nicolas Avignon.

Probablement en 2015

Le reste des impératifs (débit, proximité de l’autoroute, soutiens locaux...) est au diapason pour espérer démarrer la production début 2015. Même si le patron ne cache pas qu’une inauguration fin 2014, pour fêter les dix ans d’Earth Water, serait idéale.

"Je suis optimiste de nature", insiste Nicolas Avignon, qui a trouvé l’écho qu’il attendait, notamment du côté de Lozère Développement. "On se mobilise beaucoup parce que c’est un projet qui correspond au département", précise le chargé de projets Guillaume Lathuilière. Et le goût dans tout ça ? "On oublie souvent que les eaux ont un goût. Celle-là est neutre, facile à boire, parfaite pour les bonnes tables", conclut Nicolas Avignon.

 

Source: www.midilibre.fr