Accueil Biodiversité Journée mondiale pour le climat : mobilisation effective mais inégale


Journée mondiale pour le climat : mobilisation effective mais inégale

Dimanche 10 octobre, le monde a rendu hommage à la planète lors de la Journée mondiale pour le climat (opération 10/10/10). A l’initiative de l’ONG écologiste 350.org, des milliers d’actions citoyennes ont été menées à travers le monde tout au long de la journée. De la classique balade en vélo au festival écolo argentin, les initiatives ne manquaient pas d’un certain mordant. Malgré tout, la mobilisation massive escomptée n'était pas au rendez-vous.

L’idée de l’ONG 350.org était grandiose : faire participer les citoyens du monde à la plus longue journée d’engagement pour le climat. 7 000 manifestations étaient annoncées, 188 pays s’étaient portés volontaires. Bill Mc Kibben, le cofondateur de l’ONG se félicitait : « Les seuls pays qui n’y prennent pas part, à notre connaissance, sont la Guinée équatoriale, San Marin et la Corée du Nord. C’est donc la journée d’action pour l’environnement la plus suivie dans le monde ».

Cependant, après un départ donné en Australie et en Nouvelle-Zélande, les citoyens furent effectivement au rendez-vous, mais la mobilisation s’est avérée moins massive que prévue. L’évènement, qui a reçu la bénédiction du secrétaire des Nations-Unis Ban Ki-Moon, aura finalement rassemblé 1 million de personnes dans une quarantaine de pays.

Pays du Sud engagés / Pays du Nord plus fainéants

La journée a réservé son lot de surprises, notamment grâce au caractère parfois insolite de certaines actions menées : le président des Maldives a par exemple installé des panneaux solaires sur son toit selon l’ONG. Buenos Aires a organisé son festival écolo. 30 000 étudiants de 200 universités chinoises ont lancé un programme de sensibilisation au changement climatique, et des jeunes ont organisé à Pékin une collecte d’ordures qui seront ensuite sculptées par des artistes. « C’est la plus importante manifestation de jeunes pour l’environnement dans l’histoire de la Chine », estime la porte-parole de 350.org, Joanna Wong.

Une mobilisation importante a également été enregistrée dans le Pacifique : étonnant, lorsque l'on sait que « les populations du Pacifique sont peu responsables du réchauffement climatique », remarquait le correspondant local de l’ONG organisatrice.

En revanche, l’Europe s’est montrée mauvaise élève : si les initiatives entreprises n’ont pas manqué d’originalité, elles n’ont pas su rassembler des hordes de supporters. Parmi elles, celle de la Porte de Brandebourg, à Berlin, où une trentaine de personnes ont débranché la prise électrique géante d’une centrale thermique pour la rebrancher sur un panneau solaire et une éolienne. A Stockholm, pourtant ville pionnière en matière de développement durable, seulement dix militants Verts se sont réunis sur la place principale munis d'une bannière : « Il n’y a pas de planète B ».

Paris s’est tout de même mobilisée : une balade en vélo était organisée par la fondation Yann Artus-Bertrand, suivie d’un concert collectif sur la place de l’Hôtel de ville. Le concert gratuit de Tété, Asa, et Abd al Malik, a, semble-t-il, eu son petit succès.

Si le bilan de cette journée n’est pas aussi bon qu’espéré, il laisse présager un engagement individuel citoyen fort, et ce, au moment où les Etats s'embourbent dans des négociations de préparation du sommet de Cancun.

Source:http://www.developpementdurable.com/environnement/2010/10/A5501/journee-mondiale-pour-le-climat-mobilisation-effective-mais-inegale.html

Pour vous le bio c'est