Accueil Actualités Ales. La ville poursuit son développement durable


Ales. La ville poursuit son développement durable

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En matière de développement durable, la ville d'Alès fait figure de pionnière. Deux délibérations allant dans ce sens étaient ainsi soumises au conseil municipal de lundi soir. Le tout sur une annonce tombée dans la journée : le Grand Alès décrochait le Ruban du développement durable, une distinction nationale qui sera remise en décembre à Paris par le ministre de l'Ecologie (lire ci-contre, à gauche).


Une distinction d'autant plus appréciée par la municipalité que c'était la deuxième fois que le Grand Alès la décrochait.
Parmi les délibérations soumises au vote des élus lundi soir, le conseil municipal s'est penché sur le vote des subventions aux particuliers pour l'aide à l'achat de vélos neufs.
L'avant projet de Grenelle II proposant de promouvoir l'usage du vélo, la ville d'Alès

a décidé de créer des voies vertes et de subventionner l'achat de vélos plutôt que de développer la location, type Vélib', comme à Paris par exemple. Une location dont l'entretien du parc à vélo avait été jugé trop onéreux par la mairie.
La subvention de 50 € sera allouée aux 1 000 premières demandes, à raison d'un vélo par foyer, renouvelable au plus tôt tous les trois ans. Ce vélo doit également être acheté dans un commerce alésien.


Cent quinze Alésiens ont déjà demandé cette subvention.
Le maire a rappelé qu'il y avait au total 5 ans de travaux pour réaliser l'ensemble des pistes cyclables sur la ville, soulignant quelques exemples comme l'Ecole des Mines et ses étudiants qui pouvaient déjà aller du campus à l'école à vélo.


Le second dossier portait sur l'installation de photovoltaïque sur les toits des immeubles municipaux, en l'occurrence pour le marché de gros, le parking Carnot et la direction du patrimoine, soit près de 12 000 m 2 de panneaux solaires. C'est la société Samsolar qui a été retenue pour un investissement de 8,6 millions d'euros. Elle versera une redevance annuelle de 35 850 € (H.T.) à la ville.


D'ici 2020, la France s'est engagée à ce que l'énergie renouvelable représente au moins 23 % de la consommation d'énergie finale.