Actualités Humanité Durable Vous êtes ici chez vous, Que vous soyez un particulier, une association, une organisation non gouvernementale, une entreprise, un artisan ou tout simplement une personne volontaire et entreprenante, rejoignez- nous. Un article à publier, un membre à contacter, soumettre une idée de rubrique ou toute les bonnes intentions sont les bienvenues... ce site est appelé à évoluer par vos contributions tant en matière de rédaction que d'ajouts de liens d'actualités et autres informations .... A vos claviers, http://humanite-durable.fr/index.php 2020-07-13T06:56:37Z Joomla! 1.5 - Open Source Content Management Le Rythme de l'Afrique - Voyage sur le Fleuve Djoliba 2017-03-21T21:21:21Z 2017-03-21T21:21:21Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1220:le-rythme-de-lafrique-voyage-sur-le-fleuve-djoliba&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p><span style="font-size: 12.16px;">MUSIQUE LIVE !LE DIMANCHE 26 MARS 2017 DE 10H A 18H30ATELIERS DE DÉCOUVERTE DE LA PERCUSSION AFRICAINE, LA DANSE AFRICAINE ET DE LA DUM DANSE</span></p> <p style="text-align: center;"><span style="font-size: 12.16px;"><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/flydjoliba1.png" border="0" /><br /><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/flydjoliba2.png" border="0" /><br /></span></p> <p><span style="font-size: 12.16px;"> </span></p> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><a href="http://www.savoirfairedurable.org/passerelle-vers-les-origines-de-la-danse" target="_self"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; color: #8b4513;">les bénéfices réalisés sont mis à disposition aux porteurs de projets africains.</span></a></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">RENDEZ-VOUS A 09H30</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">LE DIMANCHE 26 MARS 2017</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">GYMNASE DES GARENCES</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">VOIE DES OSIERS - 91310 LONGPONT-SUR-ORGE</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong style="color: #ff8c00;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">VENEZ MUNI D’UNE TENUE DE SPORT DE RECHANGE, D’UN TAPIS DE RELAXATION (OU AUTRE TYPE PLAID) </span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><strong style="color: #b22222;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><a href="http://www.savoirfairedurable.org/journee-du-26-mars-2017" target="_self" title="Réservez : )">INSCRIPTIONS ET RENSEIGNEMENTS</a> AU 06.61.00.24.18 OU A L'ADRESSE SUIVANTE : julie@humanite-durable.fr</span></strong></div> <p> </p> <p> </p> <p><span style="font-size: 12.16px;">MUSIQUE LIVE !LE DIMANCHE 26 MARS 2017 DE 10H A 18H30ATELIERS DE DÉCOUVERTE DE LA PERCUSSION AFRICAINE, LA DANSE AFRICAINE ET DE LA DUM DANSE</span></p> <p style="text-align: center;"><span style="font-size: 12.16px;"><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/flydjoliba1.png" border="0" /><br /><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/flydjoliba2.png" border="0" /><br /></span></p> <p><span style="font-size: 12.16px;"> </span></p> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><a href="http://www.savoirfairedurable.org/passerelle-vers-les-origines-de-la-danse" target="_self"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif; color: #8b4513;">les bénéfices réalisés sont mis à disposition aux porteurs de projets africains.</span></a></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">RENDEZ-VOUS A 09H30</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">LE DIMANCHE 26 MARS 2017</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">GYMNASE DES GARENCES</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">VOIE DES OSIERS - 91310 LONGPONT-SUR-ORGE</span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><span style="color: #b22222;"><strong style="color: #ff8c00;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;">VENEZ MUNI D’UNE TENUE DE SPORT DE RECHANGE, D’UN TAPIS DE RELAXATION (OU AUTRE TYPE PLAID) </span></strong></span></div> <div style="color: #1f1f1f; font-family: Arial; font-size: 12px; text-align: center;"><strong style="color: #b22222;"><span style="font-family: arial, helvetica, sans-serif;"><a href="http://www.savoirfairedurable.org/journee-du-26-mars-2017" target="_self" title="Réservez : )">INSCRIPTIONS ET RENSEIGNEMENTS</a> AU 06.61.00.24.18 OU A L'ADRESSE SUIVANTE : julie@humanite-durable.fr</span></strong></div> <p> </p> <p> </p> L’édition 2017 des Bocuse d’or : une assiette 100 % végétale 2016-12-18T12:02:23Z 2016-12-18T12:02:23Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1219:ledition-2017-des-bocuse-dor-une-assiette-100-vegetale&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-2360842.jpg" border="0" /><br /><br /></strong></p> <p style="text-align: center;"><strong>Le règne de la gastronomie végétale</strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong><br />Dans le sillage de chefs anglo-saxons et scandinaves, une nouvelle génération fait assaut de créativité pour tailler aux légumes la part du lion.</strong><br /><br />Petit séisme sur la planète gastronomie. Début décembre, le comité des Bocuse d’or, prestigieuse compétition internationale qui se déroule tous les deux ans à Lyon, a annoncé le thème sur lequel les vingt-quatre finalistes de l’édition 2017 allaient plancher en janvier : une assiette 100 % végétale. Pour la composer, les candidats devront se passer de toute protéine animale (y compris les œufs, le beurre ou la gélatine de porc), mais pourront piocher dans une vaste sélection de fruits, légumes, céréales, légumineuses, graines, d’herbes et épices. Une première. « C’est le trentième anniversaire du Bocuse d’or, explique le chef trois étoiles Régis Marcon, président du comité d’organisation. Il fallait marquer le coup et s’inscrire dans l’air du temps. Cela dit, nous n’avons pas choisi ce thème parce qu’il est tendance mais parce qu’il représente un challenge pour les compétiteurs. »<br /><br /><a href="http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/12/16/le-sacre-des-legumes_5050198_4497186.html" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.lemonde.fr</p> <p><br /><br /></p> <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-2360842.jpg" border="0" /><br /><br /></strong></p> <p style="text-align: center;"><strong>Le règne de la gastronomie végétale</strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong><br />Dans le sillage de chefs anglo-saxons et scandinaves, une nouvelle génération fait assaut de créativité pour tailler aux légumes la part du lion.</strong><br /><br />Petit séisme sur la planète gastronomie. Début décembre, le comité des Bocuse d’or, prestigieuse compétition internationale qui se déroule tous les deux ans à Lyon, a annoncé le thème sur lequel les vingt-quatre finalistes de l’édition 2017 allaient plancher en janvier : une assiette 100 % végétale. Pour la composer, les candidats devront se passer de toute protéine animale (y compris les œufs, le beurre ou la gélatine de porc), mais pourront piocher dans une vaste sélection de fruits, légumes, céréales, légumineuses, graines, d’herbes et épices. Une première. « C’est le trentième anniversaire du Bocuse d’or, explique le chef trois étoiles Régis Marcon, président du comité d’organisation. Il fallait marquer le coup et s’inscrire dans l’air du temps. Cela dit, nous n’avons pas choisi ce thème parce qu’il est tendance mais parce qu’il représente un challenge pour les compétiteurs. »<br /><br /><a href="http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2016/12/16/le-sacre-des-legumes_5050198_4497186.html" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.lemonde.fr</p> <p><br /><br /></p> Perturbateurs endocriniens : toutes les femmes enceintes exposées 2016-12-18T11:54:30Z 2016-12-18T11:54:30Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1218:perturbateurs-endocriniens-toutes-les-femmes-enceintes-exposees&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-2487208.jpg" border="0" /></p> <p style="text-align: justify;"><strong>L'ensemble des femmes enceintes est exposé à des polluants environnementaux. Les pesticides sont les plus présents, aux côtés des phtalates.</strong></p> <p style="text-align: justify;">Que ce soit dans les rues ou à leur domicile, les femmes enceintes ne sont pas protégées. Toutes sont exposées à des polluants environnementaux. Ameublement, entretien de la maison, alimentation, jardin… Les sources de contamination sont omniprésentes. Ce bilan émane de Santé Publique France, qui publie ce 7 décembre les résultats de la cohorte Elfe. Menée auprès de 4 150 femmes enceintes, elle mesure l’exposition prénatale à différents types de polluants – comme le bisphénol A ou les pesticides. Les conclusions ne sont pas rassurantes.<br /><br /><strong>Des pesticides omniprésents</strong><br />Au cours de leur grossesse, les femmes n’échappent pas à trois composants : les pesticides, les composés perfluorés et les dioxines, furanes et PCB – rassemblés en un même groupe. Chez l’ensemble des participantes, une exposition a pu être mesurée. Elle n’est pas anodine. Ces différents produits sont connus pour altérer la fertilité et le système endocrinien, mais aussi pour provoquer des perturbations dans le développement du fœtus<br /><br />Les taux les plus élevés concernent les pesticides, utilisés à la fois dans l’agriculture et dans le secteur privé, afin d’éliminer les nuisibles du jardin et du domicile. Ainsi, la moitié des volontaires a dans son organisme des traces de pesticides organophosphorés et 10 % de chlorophénols. Ces derniers font l’objet d’un seuil sanitaire, au-delà duquel les effets sur la grossesse sont connus. Il n’est pas dépassé. Toutefois, il s’agit du seul produit pour lequel des limites sont définies. Or, « il existe une sur-imprégnation des femmes enceintes par les pyréthrinoïdes en France », souligne Santé Publique France.<br /><br /><a href="http://www.pourquoidocteur.fr/Femme/18783-Perturbateurs-endocriniens-toutes-les-femmes-enceintes-exposees" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.pourquoidocteur.fr</p> <p style="text-align: center;"><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-2487208.jpg" border="0" /></p> <p style="text-align: justify;"><strong>L'ensemble des femmes enceintes est exposé à des polluants environnementaux. Les pesticides sont les plus présents, aux côtés des phtalates.</strong></p> <p style="text-align: justify;">Que ce soit dans les rues ou à leur domicile, les femmes enceintes ne sont pas protégées. Toutes sont exposées à des polluants environnementaux. Ameublement, entretien de la maison, alimentation, jardin… Les sources de contamination sont omniprésentes. Ce bilan émane de Santé Publique France, qui publie ce 7 décembre les résultats de la cohorte Elfe. Menée auprès de 4 150 femmes enceintes, elle mesure l’exposition prénatale à différents types de polluants – comme le bisphénol A ou les pesticides. Les conclusions ne sont pas rassurantes.<br /><br /><strong>Des pesticides omniprésents</strong><br />Au cours de leur grossesse, les femmes n’échappent pas à trois composants : les pesticides, les composés perfluorés et les dioxines, furanes et PCB – rassemblés en un même groupe. Chez l’ensemble des participantes, une exposition a pu être mesurée. Elle n’est pas anodine. Ces différents produits sont connus pour altérer la fertilité et le système endocrinien, mais aussi pour provoquer des perturbations dans le développement du fœtus<br /><br />Les taux les plus élevés concernent les pesticides, utilisés à la fois dans l’agriculture et dans le secteur privé, afin d’éliminer les nuisibles du jardin et du domicile. Ainsi, la moitié des volontaires a dans son organisme des traces de pesticides organophosphorés et 10 % de chlorophénols. Ces derniers font l’objet d’un seuil sanitaire, au-delà duquel les effets sur la grossesse sont connus. Il n’est pas dépassé. Toutefois, il s’agit du seul produit pour lequel des limites sont définies. Or, « il existe une sur-imprégnation des femmes enceintes par les pyréthrinoïdes en France », souligne Santé Publique France.<br /><br /><a href="http://www.pourquoidocteur.fr/Femme/18783-Perturbateurs-endocriniens-toutes-les-femmes-enceintes-exposees" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.pourquoidocteur.fr</p> Le Rythme de l'Afrique - Voyage au cœur de l'Atacora 2016-12-11T22:30:43Z 2016-12-11T22:30:43Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1217:le-rythme-de-lafrique-voyage-au-cur-de-latacora&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"> <object width="425" height="350" data="http://www.youtube.com/v/NnXVrMcBF2k" type="application/x-shockwave-flash"> <param name="src" value="http://www.youtube.com/v/NnXVrMcBF2k" /> </object> <br /><a href="http://www.savoirfairedurable.org/festival-du-15-janvier-2017" target="_blank">Accéder à l'article complet</a></p> <p style="text-align: center;"> <object width="425" height="350" data="http://www.youtube.com/v/NnXVrMcBF2k" type="application/x-shockwave-flash"> <param name="src" value="http://www.youtube.com/v/NnXVrMcBF2k" /> </object> <br /><a href="http://www.savoirfairedurable.org/festival-du-15-janvier-2017" target="_blank">Accéder à l'article complet</a></p> Perturbateurs endocriniens : 100 scientifiques sonnent l’alarme 2016-12-04T10:28:10Z 2016-12-04T10:28:10Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1216:perturbateurs-endocriniens-100-scientifiques-sonnent-lalarme&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-2350921s.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>100 scientifiques tirent la sonnette d'alarme sur les perturbateurs endocriniens. L'inaction règne dans l'Union européenne. L'industrie est accusée de cultiver le retard.</strong><br /><br />Ils sont partout. Dans les cuisines, les salles de bain ou de jeux, les jardins… L’ensemble de la maison est contaminé par les perturbateurs endocriniens. La pollution va des cosmétiques aux pesticides en passant par les canettes alimentaires. Et pourtant, rien ne limite notre exposition. L’heure du ras le bol a sonné pour 100 scientifiques du monde entier. Dans les colonnes du Monde, ils dénoncent les pressions de l’industrie pour maintenir le flou autour de ces produits qui perturbent le système hormonal.<br /><br /><strong>Des cancers en hausse</strong><br /><br />Parmi les signataires, des noms bien connus du domaine, comme Rémy Slama - directeur de recherche à l’Inserm – ou encore Barbara Demeneix – endocrinologue à l’Inserm. Tous s’accordent sur un point : la réglementation est loin d’être suffisante autour des perturbateurs endocriniens. En cause, selon eux, les « marchands de doute », à savoir les industriels. Son arme : des scientifiques liés aux fabricants qui utilisent ces produits. Car les signataires prennent clairement position contre l’industrie. Ils l’accusent de déformer des données scientifiques et d’entretenir un flou savant dans un domaine où la controverse n’a pas lieu.<br /><br />Plusieurs pathologies dans lesquelles les hormones entrent en compte connaissent une hausse : les cancers du sein et des organes génitaux, les malformations génitales, ou encore les troubles du développement cérébral. Les causes sont multiples, concèdent les auteurs de cette tribune. Le mode de vie entre en ligne de compte. Mais l’omniprésence des perturbateurs endocriniens est loin d’être anodine. Les scientifiques estiment qu'il est de leur responsabilité de relancer le débat afin de faire réagir les décideurs.<br /><br /><a href="http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/18655-Perturbateurs-endocriniens-100-scientifiques-sonnent-l-alarme" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.pourquoidocteur.fr</p> <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-2350921s.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>100 scientifiques tirent la sonnette d'alarme sur les perturbateurs endocriniens. L'inaction règne dans l'Union européenne. L'industrie est accusée de cultiver le retard.</strong><br /><br />Ils sont partout. Dans les cuisines, les salles de bain ou de jeux, les jardins… L’ensemble de la maison est contaminé par les perturbateurs endocriniens. La pollution va des cosmétiques aux pesticides en passant par les canettes alimentaires. Et pourtant, rien ne limite notre exposition. L’heure du ras le bol a sonné pour 100 scientifiques du monde entier. Dans les colonnes du Monde, ils dénoncent les pressions de l’industrie pour maintenir le flou autour de ces produits qui perturbent le système hormonal.<br /><br /><strong>Des cancers en hausse</strong><br /><br />Parmi les signataires, des noms bien connus du domaine, comme Rémy Slama - directeur de recherche à l’Inserm – ou encore Barbara Demeneix – endocrinologue à l’Inserm. Tous s’accordent sur un point : la réglementation est loin d’être suffisante autour des perturbateurs endocriniens. En cause, selon eux, les « marchands de doute », à savoir les industriels. Son arme : des scientifiques liés aux fabricants qui utilisent ces produits. Car les signataires prennent clairement position contre l’industrie. Ils l’accusent de déformer des données scientifiques et d’entretenir un flou savant dans un domaine où la controverse n’a pas lieu.<br /><br />Plusieurs pathologies dans lesquelles les hormones entrent en compte connaissent une hausse : les cancers du sein et des organes génitaux, les malformations génitales, ou encore les troubles du développement cérébral. Les causes sont multiples, concèdent les auteurs de cette tribune. Le mode de vie entre en ligne de compte. Mais l’omniprésence des perturbateurs endocriniens est loin d’être anodine. Les scientifiques estiment qu'il est de leur responsabilité de relancer le débat afin de faire réagir les décideurs.<br /><br /><a href="http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/18655-Perturbateurs-endocriniens-100-scientifiques-sonnent-l-alarme" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.pourquoidocteur.fr</p> Les batteries mieux que les piles à combustible pour réduire les émissions de CO2 ? 2016-11-27T17:03:14Z 2016-11-27T17:03:14Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1215:les-batteries-mieux-que-les-piles-a-combustible-pour-reduire-les-emissions-de-co2-&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/xxnavia.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Une étude réalisée par des scientifiques des universités de Stanford et Munich, respectivement installées aux Etats-Unis et en Allemagne, publiée sur 9 pages dans la livraison de novembre de la revue Energy conclut que les voitures électriques à batteries sont une solution moins onéreuse que les véhicules à pile à combustible pour réduire les émissions de dioxyde de carbone. Au moins en Californie, où 92 millions de dollars ont été mobilisés afin de créer un réseau complet de 50 stations d’avitaillement en hydrogène pour 2017.</strong><br /><br /><strong>HYDROGÈNE</strong><br /><br />Nombreuses sont les personnes qui, lorsqu’elles sont interrogées sur ce qu’elles pensent des voitures électriques, affirment croire davantage aux véhicules à hydrogène. Parmi elles, un pourcentage assez élevé à ne pas bien connaître le domaine. Beaucoup ont encore en tête l’image d’un engin comme la BMW Hydrogen 7, équipé d’un moteur thermique classique alimenté par le gaz contenu dans un réservoir. Une solution abandonnée au profit d’une architecture qui associe une voiture électrique sur laquelle est installée une pile à combustible dont le rôle est de produire à bord l’électricité exploitée ensuite par le moteur. Rappeler que la voiture à hydrogène est aujourd’hui d’abord une voiture électrique étonne encore beaucoup de monde !<br /><br /><strong>PROJECTION</strong><br /><br />Les auteurs de l’étude intitulée « Evaluating co-benefits of battery and fuel cell vehicles in a community in California » ont anticipé, entre autres, une baisse des coûts de production des véhicules électriques qui les mettrait à égalité avec leurs équivalents thermiques en 2025. Ils pointent que les infrastructures nécessaires pour alimenter au final les piles à combustible pour la mobilité n’apportent que peu d’avantages énergétiques. Pire, ils estiment que les véhicules à PAC hydrogène exigent plus du double d’énergie électrique, par rapport aux engins à batterie de traction, pour les faire avancer. Candidat au doctorat à l’université technique de Munich et ancien chercheur invité au GCEP (Global Climate and Energy Project) de Stanford, Markus Felgenhauer a dirigé la rédaction du document. Il explique : « Nous avons examiné comment l’adoption à grande échelle de véhicules électriques affecterait la consommation totale d’énergie dans une communauté, tant pour les bâtiments que pour les transports ». Pour résumer le message principal de l’étude : la plupart des collectivités californiennes ont intérêt à investir dans les voitures à batterie de traction pour réduire leur empreinte carbone, plus économiques que les VE à PAC en raison de leur moindre coût à l’achat et à l’utilisation et d’une efficacité énergétique nettement plus élevée.<br /><a href="http://ftp.avem.fr/actualite-les-batteries-mieux-que-les-piles-a-combustible-pour-reduire-les-emissions-de-co2-6286.html" target="_blank"><br />Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://ftp.avem.fr</p> <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/xxnavia.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Une étude réalisée par des scientifiques des universités de Stanford et Munich, respectivement installées aux Etats-Unis et en Allemagne, publiée sur 9 pages dans la livraison de novembre de la revue Energy conclut que les voitures électriques à batteries sont une solution moins onéreuse que les véhicules à pile à combustible pour réduire les émissions de dioxyde de carbone. Au moins en Californie, où 92 millions de dollars ont été mobilisés afin de créer un réseau complet de 50 stations d’avitaillement en hydrogène pour 2017.</strong><br /><br /><strong>HYDROGÈNE</strong><br /><br />Nombreuses sont les personnes qui, lorsqu’elles sont interrogées sur ce qu’elles pensent des voitures électriques, affirment croire davantage aux véhicules à hydrogène. Parmi elles, un pourcentage assez élevé à ne pas bien connaître le domaine. Beaucoup ont encore en tête l’image d’un engin comme la BMW Hydrogen 7, équipé d’un moteur thermique classique alimenté par le gaz contenu dans un réservoir. Une solution abandonnée au profit d’une architecture qui associe une voiture électrique sur laquelle est installée une pile à combustible dont le rôle est de produire à bord l’électricité exploitée ensuite par le moteur. Rappeler que la voiture à hydrogène est aujourd’hui d’abord une voiture électrique étonne encore beaucoup de monde !<br /><br /><strong>PROJECTION</strong><br /><br />Les auteurs de l’étude intitulée « Evaluating co-benefits of battery and fuel cell vehicles in a community in California » ont anticipé, entre autres, une baisse des coûts de production des véhicules électriques qui les mettrait à égalité avec leurs équivalents thermiques en 2025. Ils pointent que les infrastructures nécessaires pour alimenter au final les piles à combustible pour la mobilité n’apportent que peu d’avantages énergétiques. Pire, ils estiment que les véhicules à PAC hydrogène exigent plus du double d’énergie électrique, par rapport aux engins à batterie de traction, pour les faire avancer. Candidat au doctorat à l’université technique de Munich et ancien chercheur invité au GCEP (Global Climate and Energy Project) de Stanford, Markus Felgenhauer a dirigé la rédaction du document. Il explique : « Nous avons examiné comment l’adoption à grande échelle de véhicules électriques affecterait la consommation totale d’énergie dans une communauté, tant pour les bâtiments que pour les transports ». Pour résumer le message principal de l’étude : la plupart des collectivités californiennes ont intérêt à investir dans les voitures à batterie de traction pour réduire leur empreinte carbone, plus économiques que les VE à PAC en raison de leur moindre coût à l’achat et à l’utilisation et d’une efficacité énergétique nettement plus élevée.<br /><a href="http://ftp.avem.fr/actualite-les-batteries-mieux-que-les-piles-a-combustible-pour-reduire-les-emissions-de-co2-6286.html" target="_blank"><br />Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://ftp.avem.fr</p> Les Kényans craquent pour le solaire en kit 2016-11-27T16:54:25Z 2016-11-27T16:54:25Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1214:-les-kenyans-craquent-pour-le-solaire-en-kit&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-987541s.png" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Traversée d’une Afrique bientôt électrique. Face à la pénurie et aux coupures d’électricité incessantes, 14 % des Kényans se sont tournés vers le photovoltaïque « hors réseau ».</strong><br /><br />Chaque soir, quand le soleil se couche sur Nairobi, le bidonville de Kangemi s’illumine. Le ciel violet laisse place au sodium orangé de l’éclairage public, au bleu des lampes anti-moustiques, au jaune pâle d’une flamme de kérosène, au blanc tungstène des ampoules à incandescence et, désormais, à l’éclat moins aveuglant du solaire.<br /><br />La rue est moite, agitée. Les enfants jouent au football contre les murs. Les travailleurs rentrent à la maison et les commerçants en profitent pour ouvrir leurs échoppes, déployer leurs étals. Quartiers de bœuf, légumes luisants, beignets humides ou poissons capitaine. Comme ceux que Scholastica Tienow retourne et fend de son couteau. Le geste est plus précis depuis que les vapeurs de sa lampe à pétrole ne l’étourdissent plus.<br /><br /><strong>Pas d’électricité courante la journée</strong><br /><br />Il y a quatre mois, pour la remplacer, la poissonnière a acheté un kit solaire à l’entreprise américano-kényane M-Kopa. Cette version basique du kit comprend un panneau photovoltaïque, une batterie de 8 W, deux ampoules, une radio, un chargeur de téléphone et une torche. Elle utilise cette dernière pour éclairer son étal d’une lumière claire et désormais inoffensive. C’est la marchande de tomates, de l’autre côté de la rue, qui lui a mis la puce à l’oreille. « J’ai vu qu’elle n’utilisait plus sa lampe tempête mais avait une torche électrique, raconte Scholastica. Elle m’a dit qu’elle s’éclairait avec le soleil. » Quelques jours plus tard, elle aussi installait un panneau photovoltaïque non loin de son étal, sur le toit de sa maison, où elle nous reçoit aujourd’hui dans un salon rempli d’enfants qu’éclairent les ampoules du kit.<br /><br /><a href="http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/10/les-kenyans-craquent-pour-le-solaire-en-kit_5028922_3212.html" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.lemonde.fr</p> <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-987541s.png" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Traversée d’une Afrique bientôt électrique. Face à la pénurie et aux coupures d’électricité incessantes, 14 % des Kényans se sont tournés vers le photovoltaïque « hors réseau ».</strong><br /><br />Chaque soir, quand le soleil se couche sur Nairobi, le bidonville de Kangemi s’illumine. Le ciel violet laisse place au sodium orangé de l’éclairage public, au bleu des lampes anti-moustiques, au jaune pâle d’une flamme de kérosène, au blanc tungstène des ampoules à incandescence et, désormais, à l’éclat moins aveuglant du solaire.<br /><br />La rue est moite, agitée. Les enfants jouent au football contre les murs. Les travailleurs rentrent à la maison et les commerçants en profitent pour ouvrir leurs échoppes, déployer leurs étals. Quartiers de bœuf, légumes luisants, beignets humides ou poissons capitaine. Comme ceux que Scholastica Tienow retourne et fend de son couteau. Le geste est plus précis depuis que les vapeurs de sa lampe à pétrole ne l’étourdissent plus.<br /><br /><strong>Pas d’électricité courante la journée</strong><br /><br />Il y a quatre mois, pour la remplacer, la poissonnière a acheté un kit solaire à l’entreprise américano-kényane M-Kopa. Cette version basique du kit comprend un panneau photovoltaïque, une batterie de 8 W, deux ampoules, une radio, un chargeur de téléphone et une torche. Elle utilise cette dernière pour éclairer son étal d’une lumière claire et désormais inoffensive. C’est la marchande de tomates, de l’autre côté de la rue, qui lui a mis la puce à l’oreille. « J’ai vu qu’elle n’utilisait plus sa lampe tempête mais avait une torche électrique, raconte Scholastica. Elle m’a dit qu’elle s’éclairait avec le soleil. » Quelques jours plus tard, elle aussi installait un panneau photovoltaïque non loin de son étal, sur le toit de sa maison, où elle nous reçoit aujourd’hui dans un salon rempli d’enfants qu’éclairent les ampoules du kit.<br /><br /><a href="http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/10/les-kenyans-craquent-pour-le-solaire-en-kit_5028922_3212.html" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.lemonde.fr</p> « L’île de Tesla », entièrement alimentée aux panneaux solaires 2016-11-27T16:44:32Z 2016-11-27T16:44:32Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1213:llile-de-teslar-entierement-alimentee-aux-panneaux-solaires-en-savoir-plus-sur-httpwwwlesechosfrtech-mediashightech0211523874648-lile-de-tesla-entierement-alimentee-aux-panneaux-solaires-2045837phpfkr6jrw8rusiqorj99&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-918750s.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Dans la petite île polynésienne de Ta'u, SolarCity et Tesla, désormais fusionnées, ont installé la vitrine de leurs capacités en matière d’énergie propre. Un coup de pub viable à long terme ?</strong><br /><br />La petite île de Ta'u, perdue au milieu du Pacifique , était jusqu'ici connue pour être le berceau du peuple polynésien, tout comme les autres îles des Samoa américaines. Ce petit territoire volcanique est maintenant sous le feu des projecteurs de Tesla et SolarCity, qui l'ont choisie il y a plusieurs mois pour y mener un projet commun : rendre l'île quasiment autonome grâce aux énergies renouvelables.<br /><br />Le mariage entre la société d'Elon Musk et le producteur d'énergie solaire à peine officialisé, les deux entreprises ont voulu frapper fort en dévoilant cette semaine le résultat de leur ambitieux projet dans une vidéo promotionnelle . Dans un décor paradisiaque, entre soleil couchant disparaissant dans les vagues et forêt luxuriante, on voit ainsi se dresser les 5.238 panneaux solaires installés sur l'île par SolarCity et les 60 Powerpacks signés Tesla.<br /><br />Pour cette île isolée, située à plus de 6.400 kilomètres au large de la côte ouest des Etats-Unis, cette installation est la garantie de ne plus se retrouver en panne de fuel. « Je me souviens d'une fois où ils n'ont pas été en mesure de nous envoyer un seul bateau pendant deux mois », raconte Keith Ahsoon, un habitant cité dans le communiqué de SolarCity .</p> <p style="text-align: center;">La vidéo officielle de présentation de SolarCity<br /> <object width="560" height="315" data="http://www.youtube.com/v/VZjEvwrDXn0" type="application/x-shockwave-flash"> <param name="src" value="http://www.youtube.com/v/VZjEvwrDXn0" /> </object> </p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211523874648-lile-de-tesla-entierement-alimentee-aux-panneaux-solaires-2045837.php" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.lesechos.fr</p> <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-918750s.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Dans la petite île polynésienne de Ta'u, SolarCity et Tesla, désormais fusionnées, ont installé la vitrine de leurs capacités en matière d’énergie propre. Un coup de pub viable à long terme ?</strong><br /><br />La petite île de Ta'u, perdue au milieu du Pacifique , était jusqu'ici connue pour être le berceau du peuple polynésien, tout comme les autres îles des Samoa américaines. Ce petit territoire volcanique est maintenant sous le feu des projecteurs de Tesla et SolarCity, qui l'ont choisie il y a plusieurs mois pour y mener un projet commun : rendre l'île quasiment autonome grâce aux énergies renouvelables.<br /><br />Le mariage entre la société d'Elon Musk et le producteur d'énergie solaire à peine officialisé, les deux entreprises ont voulu frapper fort en dévoilant cette semaine le résultat de leur ambitieux projet dans une vidéo promotionnelle . Dans un décor paradisiaque, entre soleil couchant disparaissant dans les vagues et forêt luxuriante, on voit ainsi se dresser les 5.238 panneaux solaires installés sur l'île par SolarCity et les 60 Powerpacks signés Tesla.<br /><br />Pour cette île isolée, située à plus de 6.400 kilomètres au large de la côte ouest des Etats-Unis, cette installation est la garantie de ne plus se retrouver en panne de fuel. « Je me souviens d'une fois où ils n'ont pas été en mesure de nous envoyer un seul bateau pendant deux mois », raconte Keith Ahsoon, un habitant cité dans le communiqué de SolarCity .</p> <p style="text-align: center;">La vidéo officielle de présentation de SolarCity<br /> <object width="560" height="315" data="http://www.youtube.com/v/VZjEvwrDXn0" type="application/x-shockwave-flash"> <param name="src" value="http://www.youtube.com/v/VZjEvwrDXn0" /> </object> </p> <p style="text-align: justify;"><a href="http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211523874648-lile-de-tesla-entierement-alimentee-aux-panneaux-solaires-2045837.php" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.lesechos.fr</p> L’agro-écologie étouffée par la mondialisation des échanges 2016-11-27T16:12:44Z 2016-11-27T16:12:44Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1212:lagro-ecologie-etouffee-par-la-mondialisation-des-echanges&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/1aaa moutons.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Un projet d’avis du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a été présenté à la presse hier midi alors que le sujet faisait l’objet d ‘un débat en vue de son adoption le jour même. La rapporteure de cet avis se nomme Cécile Claveirole. Consultante et journaliste en environnement, elle siège au CESE à la section de l’agriculture de la pêche et de l’alimentation. En fin de journée, l’avis a été voté avec 154 votes pour, 2 contre et 26 abstentions.</strong><br /><br />Lors de la présentation du document aux journalistes, hier midi, Etienne Gangneron, président en titre de la section de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation, présidait, comme il est de coutume, ce point de presse au siège du CESE. Il éleveur en agriculture biologique et membre de la direction nationale de la FNSEA. Alors que la personnalité qui préside une section du CESE fait habituellement connaître le sujet en quelques mots avant de céder la parole au rapporteur, Etienne Gangneron n’a pas dit un mot sur le sujet avant d’inviter Cécile Claveirole à s’exprimer. Pour comprendre cette discrétion, il fallait regagner son bureau une heure plus tard et découvrir  un communiqué de presse mis en ligne à 12H 34 sous le titre : « Avis sur l’agro-écologie au CESE : une occasion manquée». Le texte était signé de sept organisations agricoles et para-agricoles dont la FNSEA, le Crédit Agricole et l’assureur Groupama.<br /><br />Le communiqué fait savoir que « le groupe de l’agriculture n’approuvera pas ce texte ». En voici les raisons essentielles telles que formulées par les sept organisations signataires : « Nous avons dit que pour relever tous les défis  économiques sociaux et environnementaux et nous engager plus largement encore dans l’agro-écologie, il nous faut plus d’innovation, plus de recherche, plus d’expérimentation au service des agriculteurs qui construisent aussi une expertise. Il nous faut renforcer les filières tout au long  de la chaîne alimentaire. Il nous faut d’abord un vrai projet agricole européen qui ne soit pas mené uniquement par le droit de la concurrence ».<br /><br />Cette dernière phrase est pertinente. N’ayant pas connaissance de ce communiqué au moment où Cécile Claveirole répondait aux questions de journalistes, je lui avais demandé pourquoi la présentation du rapport occultait la question de la baisse du revenu paysan provoqué essentiellement par la multiplication des accords de libre échange que la Commission européenne négocie en étant mandatée par les Etats membres de l’Union européenne. Elle m’a répondu que le rapport l’abordait un peu. Très peu en réalité.<br /><br /><strong>Quand les fermiers américains ne veulent plus des OGM</strong><br /><br />Cela étant, quand le communiqué commun de la FNSEA, des coopératives et des financiers en lien avec l’agriculture parle de «plus d’innovation, plus de recherche, plus d’expérimentation», c’est pour suggérer en creux qu’il faut passer par les Organismes génétiquement modifiés (OGM), sans recourir au sigle dans le discours. Justement, à propos des OGM, la correspondante du quotidien Les Echos à New York écrivait dans l’édition du 22 novembre que « certains agriculteurs américains se demandent s’ils ont toujours intérêt à cultiver  des organismes génétiquement modifiés qui leur coûtent jusqu’à deux fois plus cher à planter que des semences classiques ».<br /><br /><a href="http://www.humanite.fr/lagro-ecologie-etouffee-par-la-mondialisation-des-echanges-626948" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.humanite.fr</p> <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/1aaa moutons.jpg" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>Un projet d’avis du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a été présenté à la presse hier midi alors que le sujet faisait l’objet d ‘un débat en vue de son adoption le jour même. La rapporteure de cet avis se nomme Cécile Claveirole. Consultante et journaliste en environnement, elle siège au CESE à la section de l’agriculture de la pêche et de l’alimentation. En fin de journée, l’avis a été voté avec 154 votes pour, 2 contre et 26 abstentions.</strong><br /><br />Lors de la présentation du document aux journalistes, hier midi, Etienne Gangneron, président en titre de la section de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation, présidait, comme il est de coutume, ce point de presse au siège du CESE. Il éleveur en agriculture biologique et membre de la direction nationale de la FNSEA. Alors que la personnalité qui préside une section du CESE fait habituellement connaître le sujet en quelques mots avant de céder la parole au rapporteur, Etienne Gangneron n’a pas dit un mot sur le sujet avant d’inviter Cécile Claveirole à s’exprimer. Pour comprendre cette discrétion, il fallait regagner son bureau une heure plus tard et découvrir  un communiqué de presse mis en ligne à 12H 34 sous le titre : « Avis sur l’agro-écologie au CESE : une occasion manquée». Le texte était signé de sept organisations agricoles et para-agricoles dont la FNSEA, le Crédit Agricole et l’assureur Groupama.<br /><br />Le communiqué fait savoir que « le groupe de l’agriculture n’approuvera pas ce texte ». En voici les raisons essentielles telles que formulées par les sept organisations signataires : « Nous avons dit que pour relever tous les défis  économiques sociaux et environnementaux et nous engager plus largement encore dans l’agro-écologie, il nous faut plus d’innovation, plus de recherche, plus d’expérimentation au service des agriculteurs qui construisent aussi une expertise. Il nous faut renforcer les filières tout au long  de la chaîne alimentaire. Il nous faut d’abord un vrai projet agricole européen qui ne soit pas mené uniquement par le droit de la concurrence ».<br /><br />Cette dernière phrase est pertinente. N’ayant pas connaissance de ce communiqué au moment où Cécile Claveirole répondait aux questions de journalistes, je lui avais demandé pourquoi la présentation du rapport occultait la question de la baisse du revenu paysan provoqué essentiellement par la multiplication des accords de libre échange que la Commission européenne négocie en étant mandatée par les Etats membres de l’Union européenne. Elle m’a répondu que le rapport l’abordait un peu. Très peu en réalité.<br /><br /><strong>Quand les fermiers américains ne veulent plus des OGM</strong><br /><br />Cela étant, quand le communiqué commun de la FNSEA, des coopératives et des financiers en lien avec l’agriculture parle de «plus d’innovation, plus de recherche, plus d’expérimentation», c’est pour suggérer en creux qu’il faut passer par les Organismes génétiquement modifiés (OGM), sans recourir au sigle dans le discours. Justement, à propos des OGM, la correspondante du quotidien Les Echos à New York écrivait dans l’édition du 22 novembre que « certains agriculteurs américains se demandent s’ils ont toujours intérêt à cultiver  des organismes génétiquement modifiés qui leur coûtent jusqu’à deux fois plus cher à planter que des semences classiques ».<br /><br /><a href="http://www.humanite.fr/lagro-ecologie-etouffee-par-la-mondialisation-des-echanges-626948" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: http://www.humanite.fr</p> Développement durable: l'UE présente ses priorités 2016-11-27T15:51:54Z 2016-11-27T15:51:54Z http://humanite-durable.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1211:developpement-durable-lue-presente-ses-priorites&catid=2:actualites&Itemid=8 Administrator jangregoryvisser@gmail.com <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-937523_small500s.png" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>La Commission européenne présente une approche stratégique pour parvenir à un développement durable en Europe et dans le monde.</strong><br /><br />Premièrement, dans une communication sur les prochaines étapes pour un avenir européen durable, la Commission explique comment ses dix priorités politiques contribuent à la mise en œuvre du programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations unies et comment l'UE réalisera les objectifs de développement durable (ODD) dans le futur. Deuxièmement, dans une communication concernant un nouveau consensus européen pour le développement, elle propose une vision et un cadre communs en matière de coopération au développement pour l'UE et ses États membres, dans le droit fil du programme à l'horizon 2030. Troisièmement, dans une communication sur un partenariat renouvelé avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), elle propose les grands axes d'une nouvelle phase, durable, dans laquelle pourraient entrer les relations entre l'UE et les pays ACP après l'expiration de l'accord de partenariat de Cotonou en 2020.<br /><br />M. Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission, a déclaré à ce propos: «Afin de construire un avenir pour nos enfants et notre planète au bénéfice de chacun, nous faisons des ODD et de la durabilité un principe directeur de tous nos travaux. La mise en œuvre du programme des Nations unies à l'horizon 2030 est un engagement commun et nécessite la contribution et la coopération de tous, y compris des États membres et de la société civile dans son ensemble.»<br /><br />M Federica Mogherini, haute représentante et vice-présidente, a quant à elle déclaré: «En cette époque où nous sommes plus interconnectés que jamais, investir dans les personnes au-delà de nos frontières est aussi investir pour l'Europe. Les propositions présentées aujourd'hui ont pour objectif commun de renforcer les effets de notre coopération avec nos partenaires dans le monde entier, tout en promouvant la durabilité chez nous et à l'étranger. Cet objectif est au cœur de la stratégie globale de l'UE publiée en juin. L'UE continuera à mener une action extérieure soutenant la paix, la démocratie et la bonne gouvernance, renforçant la résilience à tous les niveaux et favorisant une prospérité partagée et durable pour tous.»<br /><br />M. Neven Mimica, commissaire pour la coopération internationale et le développement, a ajouté: «La proposition concernant un nouveau consensus européen pour le développement constitue la réponse de l'UE à un monde de plus en plus interconnecté et complexe. Mon ambition est de parvenir à un véritable consensus, bénéficiant de l'adhésion pleine et entière des institutions de l'UE et de tous les États membres, qui nous aidera à prendre la tête de l'action mondiale visant à réaliser les objectifs de développement durable. Avec nos propositions relatives à notre futur partenariat avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, cette proposition confirme sans ambiguïté que l'UE est prête à coopérer avec ses partenaires à travers le monde pour construire un meilleur avenir commun.»<br /><br />L'Europe a fait de la durabilité sa marque de fabrique. L'UE possède une bonne position de départ et un bilan solide, avec un niveau élevé de développement économique, une cohésion sociale, des sociétés démocratiques et un attachement au développement durable fermement ancré dans les traités européens. Cependant, pour préserver l'avenir, les bons choix politiques doivent être effectués dès aujourd'hui.<br /><br /><a href="https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Developpement-durable-l-UE-presente-ses-priorites--23451556/" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: https://www.zonebourse.com<br />Lien connexe : <a href="https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/transformingourworld" target="_blank">Agenda 2030 pour le développement durable</a></p> <p style="text-align: center;"><strong><img src="http://humanite-durable.fr/images/stories/billionphotos-937523_small500s.png" border="0" /><br /></strong></p> <p style="text-align: justify;"><strong>La Commission européenne présente une approche stratégique pour parvenir à un développement durable en Europe et dans le monde.</strong><br /><br />Premièrement, dans une communication sur les prochaines étapes pour un avenir européen durable, la Commission explique comment ses dix priorités politiques contribuent à la mise en œuvre du programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations unies et comment l'UE réalisera les objectifs de développement durable (ODD) dans le futur. Deuxièmement, dans une communication concernant un nouveau consensus européen pour le développement, elle propose une vision et un cadre communs en matière de coopération au développement pour l'UE et ses États membres, dans le droit fil du programme à l'horizon 2030. Troisièmement, dans une communication sur un partenariat renouvelé avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), elle propose les grands axes d'une nouvelle phase, durable, dans laquelle pourraient entrer les relations entre l'UE et les pays ACP après l'expiration de l'accord de partenariat de Cotonou en 2020.<br /><br />M. Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission, a déclaré à ce propos: «Afin de construire un avenir pour nos enfants et notre planète au bénéfice de chacun, nous faisons des ODD et de la durabilité un principe directeur de tous nos travaux. La mise en œuvre du programme des Nations unies à l'horizon 2030 est un engagement commun et nécessite la contribution et la coopération de tous, y compris des États membres et de la société civile dans son ensemble.»<br /><br />M Federica Mogherini, haute représentante et vice-présidente, a quant à elle déclaré: «En cette époque où nous sommes plus interconnectés que jamais, investir dans les personnes au-delà de nos frontières est aussi investir pour l'Europe. Les propositions présentées aujourd'hui ont pour objectif commun de renforcer les effets de notre coopération avec nos partenaires dans le monde entier, tout en promouvant la durabilité chez nous et à l'étranger. Cet objectif est au cœur de la stratégie globale de l'UE publiée en juin. L'UE continuera à mener une action extérieure soutenant la paix, la démocratie et la bonne gouvernance, renforçant la résilience à tous les niveaux et favorisant une prospérité partagée et durable pour tous.»<br /><br />M. Neven Mimica, commissaire pour la coopération internationale et le développement, a ajouté: «La proposition concernant un nouveau consensus européen pour le développement constitue la réponse de l'UE à un monde de plus en plus interconnecté et complexe. Mon ambition est de parvenir à un véritable consensus, bénéficiant de l'adhésion pleine et entière des institutions de l'UE et de tous les États membres, qui nous aidera à prendre la tête de l'action mondiale visant à réaliser les objectifs de développement durable. Avec nos propositions relatives à notre futur partenariat avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, cette proposition confirme sans ambiguïté que l'UE est prête à coopérer avec ses partenaires à travers le monde pour construire un meilleur avenir commun.»<br /><br />L'Europe a fait de la durabilité sa marque de fabrique. L'UE possède une bonne position de départ et un bilan solide, avec un niveau élevé de développement économique, une cohésion sociale, des sociétés démocratiques et un attachement au développement durable fermement ancré dans les traités européens. Cependant, pour préserver l'avenir, les bons choix politiques doivent être effectués dès aujourd'hui.<br /><br /><a href="https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Developpement-durable-l-UE-presente-ses-priorites--23451556/" target="_blank">Lire la suite de l'article</a><br />Source: https://www.zonebourse.com<br />Lien connexe : <a href="https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/transformingourworld" target="_blank">Agenda 2030 pour le développement durable</a></p>