Accueil Le coin des Chroniques Les Chroniques de Julie Les espaces verts réduiraient la mortalité dans les villes


Les espaces verts réduiraient la mortalité dans les villes

ENVIRONNEMENT - Avis aux mairies. Implanter parcs, jardins et autres espaces verts dans une ville n'est pas qu'un fantasme d'urbaniste. Il s'agit en fait d'un véritable sujet de santé publique. Selon des chercheurs de l'Office américain des forêts, les arbres permettraient de limiter considérablement la pollution aux particules fines, causes d'inflammation pulmonaire, d'athérosclérose et de problèmes cardiaques. En clair, les arbres sauveraient des vies.

 


L'étude, publiée dans la revue Environmental pollution, a consisté en un calcul du taux de particules fines sur plusieurs grandes villes des Etats-Unis. Les chercheurs ont mis à contribution le programme BenMAP, mis en place par l'Agence américaine de protection environnementale (EPA), afin d'évaluer l'impact du changement de la qualité de l'air sur la santé des citadins. Ils ont aussi utilisé les statistiques du recensement 2010 et le logiciel i-Tree, servant à calculer la réduction du taux de particules fines dans l'air.

La plus grosse diminution de particules fines ces dernières années a eu lieu à New York et à Atlanta, les villes avec le plus d'arbres. A Atlanta, la baisse de particules fines représente environ 64,5 tonnes par an. En comparaison, dans une ville beaucoup moins boisée, telle que Syracuse, dans l'état de New York, la réduction annuelle est de 4,7 tonnes.

La répercussion sur la mortalité est elle aussi impressionnante. A Atlanta, les forêts urbaines ont permis de sauver 1 personne pour 365.000, contre 1 personne pour 1,35 million à San Francisco. Un véritable fossé, qu'explique Michael Rains, directeur de l'office des forêts américain:

"Ces recherches montrent à quel point les forêts urbaines ont importantes à l'assainissement de l'air et de l'eau [...] et à la qualité de vie d'une ville."

Pour abonder dans le sens de Michael Rains, rappelons que de précédentes études avaient déjà démontré que les espaces verts augmentaient le bien-être des riverains. La joie d'habiter près d'un peu de verdure équivaudrait en effet à un tiers du bonheur apporté par un mariage ou un dixième du bonheur que procure une embauche.

Enfin, pour revenir sur le domaine de la santé pure, d'autres chercheurs ont prouvé que lorsque la mortalité des arbres augmentait, celle des hommes aussi. Voilà qui devrait nous inciter à prendre soin de nos parcs et forêts, surtout en milieu urbain où la population n'a de cesse d'augmenter.

 

Un documentaire diffusé sur Arte nous donne quelques pistes: Naturopolis : New-York, La Révolution Verte | Teaser

Lire le suite et source : http://www.huffingtonpost.fr

Crédits photo : J.Chadouteau