Accueil Actualités Spéculation et gaspillage : la sécurité alimentaire mondiale menacée


Spéculation et gaspillage : la sécurité alimentaire mondiale menacée

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 


Crédits photo : Flickr.com/yanyanyanyanyan/cc-by-nc

Selon les estimations de l’ONU, plus d’un tiers des produits alimentaires dans le monde sont jetés à la poubelle. Par ailleurs leur production nécessite d’immenses ressources naturelles souvent difficilement renouvelables. Pour préserver l’environnement, l’homme doit bien réfléchir avant de manger.

C’est ainsi qu’avant de se servir, le consommateur doit évaluer sa capacité d’absorption. C’est ce que disent les experts de la Commission alimentaire de l’ONU (FAO). Selon leurs études, l’humanité jette à la poubelle 30% des produits alimentaires. C’est un fait qu’il y a surproduction de produits alimentaires et que les gens font parfois des achats excessifs, note la diététicienne Irina Diritcheva :

« En réalité, l’humanité n’arrive pas à trouver le juste équilibre nutritionnel et la situation ne cesse de se dégrader. Les commerçants sont intéressés à vendre et poussent les gens à acheter plus qu’ils ne peuvent consommer. »

Toujours selon l’ONU, il faut 1000 litres d’eau pure pour produire un litre de lait en tétrapak et 16000 litres pour un lot de hamburgers. Si on se limitait au strict nécessaire, l’humanité pourrait préserver une quantité prodigieuse de ressources biologiques. Pourtant, toute restriction sur les produits alimentaires conduit à leur pénurie et, par conséquent, à une envolée des prix.

L’obésité est une autre face de la même médaille dans les pays développés qui ne manquent pas de produits alimentaires. La FAO estime que 2 milliards de personnes dans le monde souffrent de la faim, alors qu’un milliard et demi présentent une surcharge pondérale.

Notons cependant que la Mongolie peut, selon les experts de l’ONU, servir de modèle de modération alimentaire. Les plus gaspilleurs sont les États-Unis, le Canada, la Grande- Bretagne et d’autres pays de l’UE. D’ailleurs, même en Afrique australe, où l’on recense le plus d’affamés, on compte 10 kilos de déchets alimentaires par an et par personne.

Source : http://french.ruvr.ru