Accueil Le coin des Chroniques Les Chroniques de Julie Dis Mamie, comment je fais moi au jardin ? (épisode 1 : Construis un hôtel à insectes)
Share to Facebook Share to Twitter Share to Google 


Dis Mamie, comment je fais moi au jardin ? (épisode 1 : Construis un hôtel à insectes)

Episode 1

Construis un hôtel particulier pour insectes !

 

 

Au jardin potager, il existe certainement un bien plus grand nombre d'insectes utiles que nuisibles.

La présence de ces derniers est d'ailleurs souvent, pour ne pas dire presque toujours, la conséquence de mauvaises pratiques culturales telles que la monoculture sur de trop grandes superficies ou trop souvent répétée, l'emploi de variétés peu rustiques ou mal adaptées aux conditions locales, l'utilisation de fumures trop puissantes qui gavent les plantes. A cela, s'ajoute la disparition de prédateurs naturels, soit directe, soit indirecte par l'éradication de leurs habitats ou de leurs lieux de nourriture.

Les principales espèces utiles sont les suivantes : l’araignée, la belette, le carabe doré, la coccinelle, la chauve-souris, la couleuvre, le crapaud, la chrysope, la guêpe parasite, la grenouille, le hérisson, le lézard, la musaraigne, l’oiseau, le rapace, la punaise, la syrphe.

La construction d'un hôtel à insectes favorise le maintien de ces insectes dans nos jardins. Un hôtel très utile car beaucoup d'entre nous vivent dans des zones très urbanisées où malheureusement l'insecte n'a plus toujours sa place.

Les insectes ont des besoins incontournables : avoir des sources de nourriture variées, trouver des abris où se réfugier et avoir des lieux de reproduction.
Si on veut attirer et retenir ces insectes au jardin, il faut respecter ces 3 conditions de vie naturelles voire les créer.

Votre hôtel va pouvoir ouvrir ses portes avant l’hiver, afin d’y accueillir pontes et larves de certains insectes.

Que devient cette faune minuscule pendant l'hiver ? Les insectes utiles, tout comme les nuisibles, hibernent sous forme d'œufs dans les écorces des arbres ou au stade adulte dans des petits coins tranquilles comme les greniers de nos maisons, murets de pierres, bois morts...

Ainsi dans l'hôtel à insectes chaque espèce dispose d'un espace dédié. Certains y construiront leur nid, d'autres ne le verront que comme un abri provisoire pour un temps limité.


1. Chrysope (petit insecte à ailes membraneuses transparentes)


De la paille ou du foin, bien abrité, pour accueillir les chrysopes.
Les larves se nourrissent de pucerons, de cochenilles farineuses, d’aleurodes, de thrips, ou d’oeufs d’acarien. Elle constitue un ennemi naturel de certains ravageurs en horticulture et arboriculture.


2. Mégachile/hyménoptères (type abeille)


Les tiges creuses constituent un très bon abri et favorise par son confort la nidification des insectes. Vous pouvez utiliser du bambou, de la canne de Provence, des graminées (paille, foin,...). L'important est que les tiges doivent être bouchées à une de leur extrémité, soit en utilisant les nœuds naturels du matériau soit avec de l'argile (ou une terre bien grasse).
Ces insectes ont un rôle pollinisateur notamment pour les premières fleurs des arbres fruitiers dès le mois de mars.

3. Abeilles et guêpes solitaires

Des buches percées représentent un refuge très apprécié par de nombreuses espèces d’abeilles solitaires ou de guêpes. La bûche est en bois dur (chêne, hêtre, charme, châtaignier) car le bois tendre risque de gonfler avec l'humidité. Des simples bûches coupées à la largeur de l'abri, percées de trous de diamètres variables (de 3 à 14mm) feront l'affaire. Les trous ne doivent pas transpercer la bûche de part en part. Les abeilles vont apprécier les bois creux pour y déposer leurs œufs. Les différents diamètres sont adaptés à plusieurs espèces.
Insectes très utiles pour la pollinisation, et dont les larves se nourrissent souvent de pucerons.

4. Chrysopes


A placer en haut de l’hôtel. La face avant doit être constituée de longues et fines fentes. Possibilité de la remplir avec des fibres d'emballage, de la paille ou du foin pour l'isolation du froid. Elle fera office d'habitat pour les chrysopes vertes qui vous débarrasseront des pucerons en temps voulu.

5. Coccinelles

Des planchettes très rapprochées et bien abritées attirent les coccinelles qui viennent y passer l’hiver. Les larves de coccinelles consomment énormément de pucerons.

6. Bourdons
Boîte avec un trou de 10 mm de diamètre et une planchette d’envol. L'intérieur peut être garni de paille mélangée avec de la terre. Le bourdon vivant dans le sol à l'état naturel cela lui convient généralement.

7. Forficules (perce-oreille)
Le pot de fleurs en terre cuite retourné et rempli de foin fonctionne toujours très bien pour attirer les perce-oreilles. Les forficules sont très friands de nuisibles tels que les pucerons et les psylles mais en leur absence ils peuvent s'attaquer aux feuilles, bourgeons et fruits. Bon à savoir...
Vous pouvez déplacer le pot et ses habitants.

8. Xylophages (qui se nourrissent de bois)
Vous pouvez y placer de vieux morceaux de bois empilés. Les insectes participeront à la décomposition du bois mort.

9. Divers hyménoptères (notamment les syrphes)


Des tiges à moëlle : type ronce, rosier, framboisier, sureau, buddleia ...

10. Osmie (abeille solitaire)
A l’instar des bûches percées, les briques sont des refuges privilégiés pour les Osmies. Elles parasitent certaines chenilles dévastatrices, nichent dans la boue et les espaces aérés. Une simple brique dont les trous sont bouchés avec de la boue sèche offre aux abeilles solitaires la possibilité de creuser elles même leurs galeries.

 

11. Araignées ou Lézards

Les tuiles forment d'idéals logements pour les araignées ou les lézards.


Etapes de réalisation pour un hôtel à insectes

 

Etant donné que tout traitement du bois par une couche de vernis est proscrit vous devrez choisir des planches d'une essence durable comme le mélèze, douglas ou châtaignier. La construction de l'abri nécessitera l'emploi de 10,22 mètre de planches de 22 cm de large sur 2,3 cm d'épaisseur.

Repérez les matériaux naturels dont vous pouvez disposer pour constituer les refuges des insectes : rondins de bois, briques, paille, tiges de bambou.

 

Fabriquez l’ossature en bois. La renforcer suffisamment pour porter un poids important ou prévoir un socle. Diversifiez la taille de vos espaces en fonction du volume de matériaux dont vous disposez. Placez les matériaux les plus lourds plutôt en bas.

 

Prévoyez une couverture imperméable de la structure. Pour une toiture bien étanche, récupérez des ardoises ou des dalles type shingel.

 

Installez l’ossature à son emplacement définitif avant de la remplir (à cause du poids !). L’hôtel à insectes est orienté au sud face au soleil et près d’un parterre de fleurs, véritable restaurant de l’hôtel. Il doit être surélevé d’au moins 30 centimètres, et abrité des intempéries.

 

Coupez vos matériaux selon la longueur des cases et remplissez chaque espace.

Par ailleurs, la plantation de plantes aromatiques s'avère également bénéfique à la présence d'insectes. Cependant, surtout au cours de la période de conversion, il sera nécessaire d'utiliser un certain nombre de produits (fabricables maisons pour l'essentiel) aux propriétés insectifuges et non insecticides, car en biojardinage on préfèrera toujours des moyens de lutte antiparasitaire respectant au maximum les équilibres naturels.

 

Ainsi, un grand nombre d'insectes indésirables sont éloignés des végétaux qu'ils endommageraient, tandis que des insectes indispensables sont attirés et maintenus, qui assureront notamment la pollinisation. Au fil des années, ces gîtes contribueront à rétablir et à enrichir la biodiversité de votre jardin.

 

Réalisation de l'hôtel par S.Gravé

Crédits photos : J.Chadouteau