Accueil Le coin des Chroniques Les Chroniques de Julie Dis Mamie comment je fais pour bien consommer moi maintenant ?


Dis Mamie comment je fais pour bien consommer moi maintenant ?


De nos jours, bien manger et s'alimenter sans s'empoisonner devient un vrai chemin de combattant.
Voici quelques astuces de grands-mères pour s'y retrouver.


Miel

L'idéal est d'acheter directement dans les fermes ou chez les apiculteurs ce qui vous assure une garantie sur la qualité. Toutefois, si vous souhaitez l'acheter dans la grande distribution, il existe des astuces pour s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un faux miel. En effet, d'après le Centre d’études techniques apicoles de Moselle, il y aurait 10% de faux miel parmi les miels importés à bas prix et commercialisés.

Vérifiez la provenance du miel sur l’étiquette : celui issu d’un pays européen aura une bonne traçabilité.
Au goût, un faux miel est fade, sucré, liquide et il ne cristallise pas comme les autres miels, à l'exception du miel d’acacia.

Pour savoir si le miel acheté est authentique :

- avec une allumette : trempez l’extrémité dans un vrai miel, elle prendra feu si on la frotte sur la boîte, avec du faux, elle ne s’allumera plus.
- en le cuisinant : sur le feu, le miel doit faire une espèce de mousse blanche, si votre miel se cristallise et se carbonise, il s'agit d'un faux.
- en le diluant : versez un peu de miel dans de l’eau tiède : le faux miel se dissout immédiatement, tandis que le bon formera un dépôt.

Huile de palme

L’huile de palme est un est des ingrédients que l’on trouve dans de nombreux produits que nous achetons dans la grande distribution comme les plats préparés, viennoiseries, produits de beauté …

L’huile de palme contient des acides gras saturés peu recommandables pour la santé. En effet, ils favorisent l’athérosclérose, qui rigidifie les artères et favorise l’hypertension artérielle. Un lien statistique existe entre le taux d'acides gras saturés dans l'alimentation, l'hypercholestérolémie et la surmortalité des Occidentaux par maladie cardio-vasculaire si les proportions idéales entre les différents types d'acides gras ne sont pas respectées dans l'alimentation.

En fait, comme beaucoup d’aliments, tout dépend du volume ingurgité. C’est l’excès de sa consommation qui est un vrai danger. En réalité, un biscuit à l’huile de palme de temps en temps, ne vous tuera pas. Mais si votre repas est constitué de biscuits salés apéro, de plats préparés (comme les soupes lyophilisées, les sauces pré-faites, sardines en boite …), de pain et de fromage analogue tous gorgés d’huile de palme, alors vos artères ont du souci à se faire.

L'huile de Palme est la moins chère du monde, c’est pour cette raison, qu’on la retrouve dans tous les produits.

Par ailleurs, cela fait des années que nous entendons dans les médias les conséquences dramatiques environnementales et sociales de la culture du palmier à huile.

Pour des astuces pour dénicher l’huile de palme : lire l’article Enquête pour démasquer l'huile de palme.

Les contenants alimentaires et autres dangers de la cuisine

Le bisphénol A (BpA) est un composé chimique fréquemment utilisé pour la fabrication des plastiques durs.

Depuis le 1er janvier 2013, le bisphénol A est interdit en France dans les conditionnements à usage alimentaire destinés aux enfants de 0 à 3 ans. En votant cette loi, les députés français avaient clairement reconnu que cette substance était dangereuse pour la santé. Il sera interdit dans tous les conditionnements alimentaires à partir du 1er janvier 2015.

En attendant, voici quelques conseils qui vous permettront de réduire le contact avec cette substance :

-    optez pour des aliments sans emballage plastique (fromage, viande, snack),
-    privilégiez les bocaux en verre, en céramique ou dans des contenants à base d’acier inoxydable,
-    scrutez les étiquettes pour repérer les produits sans BpA,
-    si vous ne trouvez aucune indication sur la nature de l’emballage, contactez le fabricant pour le savoir,
-    demandez à votre dentiste d’utiliser des résines dentaires qui ne contiennent pas de BpA,
-    minimisez l’exposition des nouveau-nés et des jeunes enfants qui sont plus sensibles aux produits nocifs,
-    pour les biberons, choisissez des modèles sans BpA et apprenez-leur rapidement à boire au verre (pas dans une timbale en plastique),
-    si vous allaitez, bannissez tous les plastiques autour de vous.

Si vous ne pouvez faire autrement, apprenez à identifier les plastiques :

Ils sont composés de différentes résines représentées par un symbole triangulaire accompagné d’un numéro allant de 1 à 7 et d’une abréviation correspondant à la matière employée. Par exemple, parmi les plus dangereux  :

n° 2 polyéthylène de haute densité ou HDPE,

n° 4 polyéthylène de basse densité ou LDPE,

n° 5 polypropylène ou PP.

Dans tous les cas, prenez soin d’éviter les plastiques en polycarbonate (PC) autant que possible.

Enfin ne chauffez jamais la nourriture dans des contenants en plastique. Le BPA migre plus facilement vers les aliments lorsqu’il est chauffé, ce qui est également valable pour les boîtes de conserves.

Outre les contenants alimentaires, les ustensiles de cuisines sont également à regarder de près.
En effet, le téflon, revêtement antiadhésif des casseroles, contient des composés perfluorés (PFC) reconnus comme cancérigènes et perturbateurs endocriniens
Les ustensiles dont l’enduit de téflon est rayé ou abîmé ne devraient plus être utilisés : les PFC s’en échappent plus facilement et se retrouvent en plus grande quantité dans les aliments qui y sont cuits.
De nouveaux enduits ne contenant pas de composés perfluorés sont mis sur le marché. On peut aussi utiliser les poêles et casseroles en acier inoxydable ou la fonte émaillée de céramique, deux choix plus sécuritaires que le téflon.

 

Articles liés

Fini le plastique pour emballer les aliments. Un professeur de Harvard lance en mai un conditionnement alimentaire composé de produits naturels.


Les petits Guides Verts de l'Association Santé Environnement France (ASEF)
l'Association Santé Environnement France (ASEF) rassemble aujourd'hui près de 2 500 professionnels de santé en France. Tous ont choisi de s'intéresser à l'impact que peuvent avoir les pollutions environnementales sur la santé humaine.

Alimentation : L'encre des emballages contamine les denrées

Développer une politique en faveur d'une alimentation durable !