Accueil Actualités Déclaration de clôture su sommet Rio+20 par le WWF


Déclaration de clôture su sommet Rio+20 par le WWF

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Rio de Janeiro, au Brésil (21 Juin 2012) – Avec la fin des négociations, Jim Leape, Directeur général du WWF publie la déclaration de clôture suivante à propos le sommet Rio +20:

« C'était une conférence sur la vie, sur les générations futures, sur les forêts, les océans, les rivières et les lacs dont nous dépendons tous pour notre nourriture, notre eau et notre énergie. C'était une conférence nécessaire répondre au défi urgent qui est de construire un avenir durable pour tous. »

 

« Malheureusement, les dirigeants du monde entier réunis à Rio ont perdu de vue cet objectif urgent. »

 

« Avec trop peu de pays prêts à inciter à l'action, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a choisi de soumettre aux négociations un texte sans contenu fort et ce, au détriment de la planète. »

 

« Le résultat donne une nouvelle fois une impression d'occasion ratée - un accord qui ne met pas la planète sur le chemin du développement durable. »

 

« L'urgence d'agir n'a cependant pas changé. La bonne nouvelle est que le développement durable est une plante qui a pris racine et qui grandira en dépit du faible leadership politique. Nous avons vu des dirigeants aller de l'avant à Rio mais pas lors des négociations. »

 

« En fin de compte, nous devons agir partout, auprès des citoyens, au sein des villages, des villes, des pays, des petites et grandes entreprises ainsi qu’au travers de la société civile et les ONG. Nous devons tous assumer la responsabilité que les dirigeants du monde entier ont échoué à Rio. »

 

« Nous devons tous redoubler d’efforts et espérer que dans le temps ils contribueront à ouvrir l'espace politique à un processus multilatéral tel que Rio +20. »

 

Quelques-uns des grands engagements pris en dehors de la salle de négociation à Rio incluent :

 

• Les gouvernements, les banques, les investisseurs et chefs d'entreprise appellent à la valorisation économique du capital naturel. Neuf banques, les investisseurs et les assureurs (y compris Caixa Economica Federal, la Caisse des Dépôts, China Merchants Bank, Natural Australia Bank, Standard Chartered + 50 pays, dont le Botswana, l'Afrique du Sud, du Royaume-Uni + les groupes Unilever, Puma, Dow Chimique) ont lancé un appel collectif pour l'évaluation du capital naturel à Rio+20 avec la Déclaration du Capital Naturel .

 

• Mozambique - Le président Armando Guebuza du Mozambique a annoncé le lancement de la feuille de route du Mozambique vers une économie verte. Le plan présente les stratégies nationales pour appliquer les principes de l’économie verte au développement urbain, à l'agriculture et aux sources d'énergie, ainsi qu’à investir dans le maintien et l'amélioration de leur capital naturel, y compris un réseau d’aires protégées terrestres et marines représentatif. Le plan sera élaboré et mis en œuvre en collaboration avec des partenaires clés à travers le monde, comme le gouvernement brésilien. »

 

• Les Maldives ont annoncé la création de la plus grande réserve marine au monde. Les Maldives ont utilisé la Conférence sur le développement durable Rio +20 pour annoncer que l'ensemble des 1192 îles qui la composent deviendront une réserve marine d'ici 2017.

 

• Le gouvernement britannique a annoncé que le Royaume-Uni sera le premier pays dans le monde à obliger les grandes entreprises à mesurer leur empreinte carbone. Le projet fera évaluer à plus de 1000 entreprises l'intégralité de leurs émissions de gaz à effet de serre.

 

• Le Président indonésien a pris des engagements généraux pour parvenir à un «Avenir durable» en Indonésie. Finance, politique, renforcement institutionnel et coopération sud-sud ont été des thèmes clés pour les pays abritant la forêt tropicale.

 

• Huit des plus importantes banques de développement au monde ont annoncé un virage dans leurs investissements en passant du financement des routes aux transports en commun, avec un projet d'investissement de 175 milliards de dollars visant à promouvoir les bus, les trains et les voies cyclables. Il s’agit de l’engagement financier le plus important pris au cours de Rio +20.

 

Ce qu’attendait le WWF du sommet de Rio +20 et ce sur quoi nous nous engageons à lutter :

 

  • Objectifs de développement durable : des objectifs considérés comme une évolution des Objectifs du Millénaire (ODM) qui tiennent compte des thématiques telles que la nourriture, l'eau, l'énergie et les océans et la mise en place le processus de création qui les financera et les mesurera.

 

  • Evaluer la valeur des richesses naturelles : le monde a toujours besoin d'indicateurs pour mesurer la qualité de l'environnement, de la nature, de la biodiversité et des écosystèmes en parallèle des indicateurs économiques (PIB) et sociaux (IDH) déjà existants.

 

  • La réforme des subventions : des rapports annuels transparents et l'examen de la réforme des subventions aboutissant à l'élimination, à l'horizon 2020, de toutes les subventions nuisibles à l'environnement, en particulier les subventions aux combustibles fossiles, qui devrait être une priorité mondiale.

 

  • La gouvernance des océans : certains progrès ont été réalisés à Rio sur cette question mais la gouvernance des océans doit encore progresser, notamment pour aborder la conservation et l'utilisation durable de la haute mer, en dehors des frontières nationales.

 

  • Un Programme des Nations Unies pour l'Environnement plus fort : le renforcement du PNUE avec le financement et l'autorité pour protéger correctement l'environnement de notre planète.

    Source: WWF.fr