Accueil Actualités Appel du WWF pour une sortie écologique de la crise économiqe.


Appel du WWF pour une sortie écologique de la crise économiqe.

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Afin de préserver le capital naturel qui sous-tend nos économies, il est urgent d’établir un plan de sortie de la crise financière actuelle qui soit durable sur les plans environnementaux et sociaux, souligne le WWF en prévision de la réunion informelle du Conseil européen qui se tiendra ce 23 mai à Bruxelles.

Dans une lettre ouverte adressée aux chefs d'Etat et de gouvernement européens, au président du Conseil européen et de la Commission européenne, le WWF exhorte les dirigeants européens à prendre les bonnes décisions afin de mettre en place des réformes économiques et des plans de relance durables ainsi qu’à considérer les réponses à apporter à la crise économique comme une opportunité majeure d'emprunter la voie du développement durable.

Les politiques d'ajustement structurel qui composent le programme d'austérité imposé à la Grèce ont des conséquences écologiques particulièrement dommageables. La crise n’étant plus confinée à ce seul pays, le démantèlement des politiques environnementales et de développement durable affecte aujourd'hui d'autres Etats membres comme le Portugal, l'Espagne, l'Italie et l'Irlande.

Le WWF souligne que « La crise actuelle est le reflet d'un modèle économique déficient qui trouve son ancrage dans un système bancaire surendetté et une mauvaise gestion non seulement des finances publiques nationales mais aussi des ressources naturelles. Il s'agit d'un système construit sur un paradigme de croissance illimitée, de surexploitation et de surconsommation des ressources qui a entraîné un déficit écologique croissant. Les politiques mises en œuvre actuellement accroissent ce déficit écologique et augmentent par conséquent les coûts de restauration environnementale à plus long terme. Ces choix remettent aussi en cause l'engagement de l'Europe en faveur de l'efficacité de l’utilisation des ressources, l'éco-innovation et la durabilité. ».

« Un retour aux modèles de croissance actuels insoutenables doit être évité à tout prix. La nature est une richesse. Elle procure à l'Europe des emplois, de la nourriture, de l'eau, des vêtements et de l'énergie. Les richesses naturelles de l’Europe et du monde doivent être protégées pour empêcher un effondrement économique pire encore à l'avenir », a déclaré Tony Long, Directeur du WWF Europe.

La lettre du WWF identifie les priorités politiques suivantes et exhorte tous les chefs d’Etats et de gouvernement européens, la Commission européenne et le Parlement européen à s'engager sur :

1. Les principes de l’économie verte, tels que l'internalisation de coûts environnementaux et le développement d'indicateurs de bien-être environnemental et social, qui doivent être mis au cœur des processus politique et décisionnel ;
2. Des politiques d'investissement et de développement qui soutiennent aussi la biodiversité en Europe ;
3. L’inclusion d’objectifs et d’indicateurs de développement durable dans les programmes d'ajustement économique convenus avec les Etats en difficulté économique comme la Grèce et le Portugal ;
4. La fin des subventions dommageables à l'environnement et l'utilisation de ces fonds pour favoriser le développement durable et les investissements présentant une durabilité élevée ;
5. La fin des dépenses publiques dans des infrastructures à fortes émissions de CO2 ;
6. La réaffirmation de l'importance de la législation et des procédures d'évaluation environnementale, qui sont capitales pour garantir la durabilité des projets de développement ;
7. Le renforcement du système européen d'échange de quotas d'émissions (ETS) en élevant l'objectif européen de réduction des émissions de 20 % à 30 % d'ici 2020 par rapport aux niveaux d'émissions de 1990, ainsi qu’une directive sur l'efficacité énergétique qui permettra de réaliser 20% d'économie sur la consommation énergétique ;
8. Une claire réorientation du budget européen, notamment de la Politique Agricole Commune, en mettant fin au soutien à des politiques non durables pour privilégier des politiques plus vertes, telles qu’un développement rural durable, la décarbonisation des transports et l'instrument financier LIFE+.

Source: WWF.fr