Accueil Actualités Alimentation : L'encre des emballages contamine les denrées


Alimentation : L'encre des emballages contamine les denrées

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L'encre notamment présent sur les emballages des pâtes passe à travers le carton et contamines les aliments.


Une étude sur les emballages des aliments manquait. Voilà qu'elle est réalisée. Et les résultats ne sont pas rassurants. L'UFC-Que Choisir qui a mené cette enquête affirme en effet que les boîtes des pâtes mais aussi du riz, du sucre, de la semoule ou encore de la chapelure seraient dangereuses pour la santé. La raison ? L'encre qui sert à habiller ces emballages traverse le carton et contamine les aliments. « Les dérivés pétroliers, présents dans les encres d’emballage et le carton, se retrouvent dans les aliments ! » s'alarme UFC-Qua Choisir. Sur les 20 produits testés, 14 contiennent, à des niveaux préoccupants, des huiles minérales provenant des encres des emballages en carton ». Plus grave, pour deux produits, les doses mesurées « dépassent considérablement la dose limite internationale : ainsi le couscous graine "Tipiak" et la chapelure "Leader Price" contiennent respectivement 50 fois et 10 fois la dose maximale recommandée ! » poursuit le magazine.


Aucune étude chez l'homme

Il n'existe actuellement aucune étude sur la toxicité de ces encres - de l'huile minérale saturée - mais les données recueillies sur les animaux ont de quoi inquiéter. « Ainsi les huiles minérales saturées retrouvées dans 75% des produits testés peuvent provoquer sur l’animal des dommages au foie, au cœur et aux ganglions lymphatiques. Quant aux huiles aromatiques, elles appartiennent à la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques dont certains sont classés cancérogènes » note l'UFC-Que Choisir. Alors que faire ? Pas grand chose malheureusement tant ces emballages sont omniprésents aujourd'hui à moins de choisir des aliments qui ne soient pas en contacts directs avec les boîtes en attendant que les industriels choisissent ses encres végétales.

Source: francesoir.fr