Accueil Énergies Alternatives Biocarburants : de la graisse de canard ou d’alligator pour faire tourner les moteurs


Biocarburants : de la graisse de canard ou d’alligator pour faire tourner les moteurs

 

Pour fabriquer du biocarburant, il n’y a pas que le colza, la betterave, ou le palmier à huile : afin de faire avancer leurs véhicules, des agriculteurs de Dordogne utilisent en effet un biodiesel… à base de graisse de canard ! Encore plus insolite : des chercheurs américains ont mis au point une essence à base de graisse d’alligator ! Contrairement aux agrocarburants d’origine végétale, ces graisses animales sont des déchets : impossible de les accuser d’affamer le monde !

En 2009, Jules Charmoy, éleveur bio de vaches à Saint-Aquilin (Dordogne), a une idée plutôt originale : transformer la graisse de canard, qui reste sur les bras des restaurateurs locaux, en biocarburant. Aidé par un autre agriculteur, Benoît Delage, il met son invention au service d’une coopérative d’utilisation de matériel agricole, dont il est membre. Et aujourd’hui, trois véhicules (un camion, une voiture et un tracteur) de la Cuma sont alimentés avec cette énergie « propre ».

20 000 litres ont été produits et utilisés en 2010. Mais ce n’est qu’un début : M. Charmoy estime en effet le gisement annuel de graisse à près de 1 500 tonnes, ce qui permettrait de fabriquer quelque 1 000 000 de litres de biodiesel ! Aussi, les deux agriculteurs ont déposé il y a quelques mois une autorisation auprès des douanes afin de développer le procédé (conformément à loi, seulement 30 % de biocarburant est pour l’instant incorporés dans les moteurs).

Le coût de production est certes élevé, sachant qu’il faut compter 1,11 euros pour obtenir un litre (alors que les agriculteurs ont accès à un gasoil détaxé au prix de 92 centimes le litre). La rentabilité n’est cependant pas le but de la démarche : ces Périgourdins souhaitent en effet plutôt réduire leur bilan carbone tout en favorisant les circuits courts et le recyclage des déchets locaux.

Aux Etats-Unis, on pourrait carburer à l’alligator !

Autre exemple de transformation de graisse animale en biocarburant : l’utilisation de tissus adipeux d’alligator ! 7 500 tonnes de cette matière organique sont jetées chaque année aux Etats-Unis. Alors des chercheurs de l’Université La Fayette de Louisiane ont un objectif : se servir de la graisse du reptile pour fabriquer une essence « verte », ce qui est selon eux techniquement possible.

Les scientifiques estiment même le potentiel de production annuelle à 5,5 millions de litres. Mieux : ce biocarburant serait très bon marché, puisqu’un litre coûterait à peine 0,55 dollars, soit moins de 0,38 euros !

Source: developpementdurable.com

 

 

Le développement durable est une notion récente qui désigne des actions visant à concilier le monde de l'économie, avec celui de l'écologie et celui du social. Pour vous :