Accueil Éco Tourisme Tourisme et développement durable : Parcs et aires protégées,supports d’intégration


Tourisme et développement durable : Parcs et aires protégées,supports d’intégration

Le ministre de l’Artisanat, du Tourisme et des Relations avec le secteur informel a fait le point avant-hier sur le réseau de parcs et aires protégées transfrontaliers en Afrique de l’Ouest. Ce réseau qui concerne dix pays de la sous région a reçu l’onction de l’Organisation mondiale du tourisme (Omt) et du Centre international pour le développement du commerce (Cidc). Il vise à lutter contre la pauvreté.

Quelque 10 pays d’Afrique de l’Ouest, 4 aires protégées, 3 bassins versants et 28, 508 milliards de Francs Cfa.  Ce sont des chiffres sur lesquels le projet régional sur le développement durable du tourisme dans un réseau de parcs et aires protégées transfrontaliers en Afrique de l’Ouest compte asseoir sa réussite. Le ministre de l’Artisanat, du Tourisme et des Relations avec le secteur informel a présenté, avant-hier, le projet en compagnie du directeur exécutif de l’Organisation mondiale du tourisme (Omt), le directeur de la division Afrique de l’Omt et du conseiller du  DG du Centre international pour le développement du commerce (Cidc), une structure de l’Organisation de la conférence islamique (Oci). L’exécution du projet se fera en étroite collaboration avec ces deux structures. Sa coordination régionale est assurée par la Guinée.

Selon Thierno Lô, le projet vise à apporter un revenu supplémentaire au niveau local, faire en sorte que le tourisme protège les parcs, mais aussi assurer l’intégration sous régional. Il estime que le projet est une opportunité pour les populations et les investisseurs locaux, la sauvegarde du savoir-faire local, mais aussi de l’agriculture. Le directeur exécutif de l’Omt, Fréderic Pierret, et Hocine Rahmouni, du Cidc,  estiment que ce projet permettra de lutter contre la pauvreté.

Une rencontre avec les bailleurs de fonds est prévue à l’occasion du Ticaa 2011, prévue du 27 au 29 mai prochain, pour rechercher le  financement du projet qui s’élève à un peu plus de 43 millions euros, soit environ 28, 5 milliards de francs Cfa. Dans le court terme (dans les trois premières années) les investissements sont estimés à 21, 3 millions d’euros, soit un peu plus de 13,9 milliards de francs Cfa.

Source: lesoleil.sn

Avez-vous un éco comportement ?