Accueil Développement Durable « On peut fabriquer une coque de voiture bio ! »


« On peut fabriquer une coque de voiture bio ! »

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le point commun entre un sachet de thé et une carrosserie de voiture : vous ne le voyez pas ? Bastien, Pierre, Guillaume, Éloïse, David et Hrishilesh, eux, le perçoivent parfaitement. Surtout depuis que ces étudiants de l'ENSAIT se sont lancés dans cette aventure très originale, qui consiste à fabriquer la coque d'un véhicule écolo avec des fibres de lin...

C'est Philippe Vromant, un de leurs profs, qui a leur a trouvé cet exemple. Regardez un sachet de thé ordinaire. Il est en tissu, certes, mais qui n'est pas tissé. Et c'est cette technique que ces six étudiants de première année vont devoir très vite mettre en application. Pas pour faire infuser une tisane, mais pour fabriquer la carrosserie qui portera les couleurs de l'école d'ingénieurs roubaisienne.

« Quant on arrive à l'ENSAIT, on pense que le textile, ce n'est que l'habillement. Mais en fait, il y en a partout. La voilure d'un avion de chasse, c'est 98 % textile ! » Pour ces étudiants venus d'un peu partout en France et même d'Inde, regroupés au sein de l'association ENSAIT Éco Race, il ne s'agira pas de faire voler un jet, mais de faire rouler une voiture. Et de la manière la plus sobre qui soit.

Elle participera, du 12 au 14 mai, à l'Educ Écot Challenge, sur le circuit gersois de Nogaro.

Le principe, parcourir le plus de kilomètres possible avec un litre de carburant. Ou en utilisant le moins d'énergie quand l'engin de carbure pas à l'essence. 80 lycées ou écoles de France y participeront, et parmi eux, l'ENSAIT. L'an dernier déjà, ceux qui sont depuis passés en deuxième année avaient tenté de se lancer dans la course. Mais ils avaient été pris de court et n'avaient pas réussi à boucler le budget. Cette année, la nouvelle promo pense bien être sur la ligne de départ, avec l'aide de l'Association des ingénieurs ENSAIT, et aussi de Jean-Michel Herent, professeur au lycée Mongy de Marcq-en-Baroeul. Cet acharné de la course (18 participations) leur met à disposition le châssis, autrement dit la partie mécanique du véhicule, qui roule à l'électricité. « Cela faisait deux ans que nous essayions de mettre en place un partenariat avec cette école », se réjouit l'enseignant qui, avec ses élèves, participera à plusieurs courses en Europe cette saison.

Nous sommes à la mi-avril et pour les étudiants, le temps presse. Sur la base du moule qu'ils ont récupéré, ils vont devoir mettre en oeuvre ce fameux textile non-tissé fabriqué à base de fibres de lin. Tous les mardis après-midis seront d'ici la course consacrés à la réalisation de cette coque de véhicule. « Notre objectif, c'est de prouver qu'on peut fabriquer une coque "bio". Même la résine que nous utiliserons est écologique, car elle-même produite pour 70 % à base de lin et 30 % seulement d'époxy. Alors notre carrosserie sera un peu plus lourde que d'autres faites à base de fibres de verre. Mais ce n'est pas le plus important. » D'autant qu'une catégorie primera le véhicule jouant le plus la carte verte. Là où d'autres équipes barderont leur carrosserie d'autocollants, les étudiants de l'ENSAIT veulent la laisser la plus vierge possible. Hormis les noms des partenaires (qu'ils sont encore en train de prospecter, comme les producteurs de lin de la région), il n'y aura pas de peinture, « pour qu'on puisse bien voir les fibres ». Pas besoin d'en mettre plein la vue pour faire « bio ». •

Plus d'infos: ensaitecorace2011

Source: lavoixdunord.fr

Le développement durable est une notion récente qui désigne des actions visant à concilier le monde de l'économie, avec celui de l'écologie et celui du social. Pour vous :