Accueil Développement Durable Consommer Durable


Consommer Durable

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Sans colorants, sans conservateurs, sans parabens… Chaque jour, les publicitaires nous vantent les bienfaits des cosmétiques débarrassées de tel ou les vilains produits chimiques; Un marketing pas toujours très honnête qui se joue de nos inquiétudes… et aussi de nos ignorances. Car à moins d'avoir une licence de chimie en poche, difficile de savoir de quoi sont composés les crèmes et les shampooings que nous utilisons au quotidien. Avant de pouvoir choisir, il faut avant tout comprendre. C'est parti pour un petit décryptage.

Tout d'abord, rappelons que tous les cosmétiques sont composés de trois grandes familles d'ingrédients : l'excipient – c'est-à-dire l'eau et l'huile qui vont fournir au produit sa texture – le principe actif et les additifs, type conservateur ou colorant.

L'excipient tout d'abord : il représente 80 à 90% du produit. En cosmétique bio, il s'agit d'eau et d'huile d'origine végétale… de l'amande douce, de l'avocat ou encore du ricin. En cosmétique traditionnelle, en revanche, cette huile est le plus souvent synthétique.
Il peut s'agir d'huile minérale, c'est-à-dire dérivée du pétrole, vous la découvrirez sous le terme « paraffinum liquidum »… Pas très écologique, elle n'est pas non plus recommandable pour la santé. En formant un film gras sur la peau, elle bouche les pores et piège les toxines.

Il peut également s'agir d'huile ou de cire de silicone. Inoffensif pour le corps, le silicone est en revanche très peu biodégradable et donc nocif pour l'environnement. Vous le retrouverez le plus souvent dans les listes d'ingrédients sous le nom de diméthicone.

Le principe actif ensuite, c'est lui qui est responsable de l'efficacité du produit… ça peut être des vitamines, des protéines, du zinc etc. Il représente environ 10 à 15% du produit.

Restent les additifs : à peine 1% du cosmétique mais attention beaucoup d'entre eux peuvent être nocifs.
Les conservateurs tout d'abord. Vous pourrez trouver par exemple du phénoxyéthanol, qui a un allergène reconnu. Son usage est autorisé, mais sa concentration est limité par les autorités sanitaires.
Autres conservateurs utilisés, les parabènes. leur concentration est elle aussi limitée par la législation, car ce produit est allergène, mais il est aussi soupçonné d'être cancérogène et d'endommager le système reproducteur. Comme il a très mauvaise réputation, certains fabricants remplacent sur les étiquettes le mot paraben par son équivalent scientifique : paraoxybenzoate.

Dans les additifs, se trouvent également les anti-oxydants comme le BHT et le BHA. Tous deux sont suspectés d'être cancérogènes.Il y a également les tensioactifs, utilisés notamment pour leurs propriétés moussantes comme les SLS… pour Sodium-Lauryl-Sulfate et Sodium-Laureth-Sulfate. Irritants, ils sont soupçonnés notamment d'avoir un effet agressif sur les yeux ou encore le foie. On évite également les PEG ou Polyéthylène Glycol, qui sont allergènes et soupçonnés de favoriser les cancers.

En un mot : la vigilance est de mise. Pas question de dramatiser : non, vous ne mourrez pas dans d'atroces souffrances à cause de votre shampooing. Mais n'oubliez pas que l'alternative existe : la cosmétique bio moins dangereuse pour la santé et pour l'environnement, tout en étant de plus en plus accessible financièrement.

Source: frequenceterre.com

Le développement durable est une notion récente qui désigne des actions visant à concilier le monde de l'économie, avec celui de l'écologie et celui du social. Pour vous :