Accueil Actualités Enfin un bac technologique « DD » pour les lycéens !


Enfin un bac technologique « DD » pour les lycéens !

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Les lycées proposeront dès la rentrée 2011 une réforme de la filière STI, tournée vers le développement durable ! Les futurs bacheliers se verront proposer une formation plus adaptée au monde du travail "green", comme nous explique Christophe Le Marchand (enseignant d’électronique dans un lycée technique).

Le bac professionnel STI, c’est fini ! Place maintenant au Bac STI2D – comprendre baccalauréat Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable. Christophe Le Marchand, enseignant d’électronique et chef de travaux au lycée Pierre Emile Martin de Bourges (18), nous dévoile la pédagogie attendue autour de cette « presque » nouvelle formation plus que jamais green.

Eco-conception, énergie et environnement au programme

Avec le bac STID2, on oublie les 7 spécialités parmi lesquelles un élève entrant en 1ère STI devait choisir ! Innovation technologique et éco-conception, système d’information et numérique, énergie et environnement, ou encore architecture et construction sont les quatre thématiques proposées sous forme d’approfondissement à partir de la rentrée 2011 aux premières. « L’éco-conception, la durée de vie d’un objet, les économies d’énergie, la domotique ou encore les modes de productions d’énergie tels que l’éolien, le photovoltaïque, ou les pompes à chaleur seront au cœur du programme. Des thèmes qui n’étaient pratiquement pas abordés dans le bac STI. (NDRL : une filière qui n’avait pas été réformée depuis 20 ans », nous explique Christophe Le Marchand.

Pour aider le lycéen à mieux appréhender l’anglais technique dans un monde du travail en perpétuel évolution, une heure de cours en LV1 sera dispensée durant l’enseignement technologique. « Cette formation sera beaucoup plus adaptée aux attentes des recruteurs, qui recherchent des techniciens ou des ingénieurs imprégnés de la culture "développement durable". En plus, les élèves manquent cruellement dans les cursus techniques. Intégrer le développement durable dans nos enseignements est, en plus d'une réforme indispensable, un moyen de féminiser une filière qui attire en premier lieu les hommes. La place des femmes n’est pas à discuter dans le secteur de l’industrie. Elles ont des qualités de management recherchées par les entreprises. »

Des thèmes dans l'air du temps, comme le smartphone ou le recyclage

Les cours seront concrets (un peu comme le bac S série SI), sans pour autant être aussi conceptuels. Concrètement, les élèves travailleront sur des supports de la vie courante. « On veut faire évoluer la formation vers des domaines concrets que l’industrie pure, en nous intéressant à la santé, l’habitat ou l’environnement numérique. Plutôt que de travailler sur la programmation d’une carte électronique reliée à une LED, nous utiliserons par exemple le support des smartphones et nous allons créer des applications. Ensuite, notre réflexion portera autour de l’optimisation des matériaux du téléphone, en vue d'améliorer sa durée de vie et son recyclage ».

Des lycéens "très curieux des perspectives écologiques qui s'ouvrent à eux"

Du côté de l'équipe pédagogique, la réforme était une vraie remise en question : le programme est ambitieux, innovant et a demandé la mise en place d’un plan de formation des professeurs sur 3 ans. Si certains enseignants ont pu se sentir démunis face à la réforme du bac STI, Christophe Le Marchand nous apprend que son équipe ne regrette pas la démarche. L’intérêt pour ces nouvelles matières donne de nouvelles perspectives au lycée Emile Martin : « Chacun peut proposer des idées et s’interroger sur des thèmes éco-citoyens. Ce qui est nouveau ! On le remarque déjà avec les élèves qui suivent l’option Création InnovationTechnologique (NDRL : 1h30 de cours par semaine pour aborder la philosophie du bac STI2D dès la seconde). Ici, les enseignants explorent l’évolution des produits sur le thème du Développement durable. Et cela plait autant aux profs qu'aux lycéens, très curieux des perspectives écologiques qui s'ouvrent à eux ! ». 

La place de l’entreprise et du milieu professionnel n’est pas à exclure dans le cursus STI2D. Tout dépend de l’établissement. « Cela reste une volonté de l'équipe pédagogique » nous avoue Christophe Le Marchand, avant d'ajouter que dans son lycée polyvalent, l’entreprise ou les chercheurs seront invités à donner leur avis de spécialistes sur les questions de l’industrie et du développement durable.

En pratique, le lycée Emile Martin a été sélectionné par l’académie pour entreprendre une démarche de rénovation énergétique : un diagnostic des déperditions a déjà été réalisé dans chaque bâtiment de l'établissement, qui servira de base pratique pour les cours des futurs STID2. Une manière de les sensibiliser au plus près aux problèmes de performances énergétiques et d’éco-construction. Et de les préparer à être rapidement opérationnels dans l'entreprise, si le lycéen ne choisit pas de poursuivre en enseignement supérieur.

un bel avenir...

Christophe Le Marchand est optimiste pour l'avenir de ses jeunes. « Quelques élèves motivés de l’actuel STI se sont regroupés autour du club « karting électrique ». Avec un budget limité, ils ont travaillé sur la meilleure batterie possible adaptable sur ce type d'engin. Ensuite, ils ont participé à un concours national au festival de la robotique. Avec leur kart "écolo", nos lycéens sont arrivés en milieu de tableau au milieux de jeunes plus diplomés qu’eux. Une jolie fierté, alors que le bac STI2D n'arrive qu'en 2011. La voiture électrique est un exemple dans l'actualité, mais plus généralement, les offres d’emplois green sont plus nombreuses que le nombre de professionnels sortant des écoles. Je suis confiant pour l’avenir de nos élèves ». Une belle preuve que le virage écolo dans l’industrie est l’avenir des nouvelles générations…

Source: Greenzer.fr