Accueil Botanique Menthe poivrée


Menthe poivrée

La menthe poivrée (Mentha x piperita) est une plante herbacée de la famille des Lamiacées. Elle serait issue d'un croisement entre Mentha aquatica et Mentha spicata. C'est une plante vivace par son rhizome qui s'accroche dans la terre ; elle se propage par stolons. Ses feuilles mesurent de 4 à 10 cm de long, elles sont ovales, vert foncé et se teignent de nuances rougeâtres au soleil et de rouge cuivré à l'ombre. Elles sont recouvertes de gros poils sécréteurs arrondis dans lesquels s'accumulent les substances volatiles odorantes.
La feuille de menthe poivrée contient une huile essentielle, des acides-phénols, des flavonoïdes (glycosides de la lutéoline et de l'apigénine), des triterpènes. L'huile essentielle est principalement constituée de menthol (30 à 40 %), de menthone et d'autres monoterpènes. Cette huile essentielle est responsable de l'odeur puissante de la menthe poivrée. Les feuilles de bonne qualité destinées à un usage pharmaceutique contiennent plus de 9 ml d'huile essentielle par kg de feuilles sèches (Pharmacopée européenne, 6e éd., 2008, modif. avril 2009).

Utilisation

Elle est utilisée depuis fort longtemps en nature et pour son huile essentielle. Des archéologues en ont trouvé des feuilles séchées dans des pyramides d'Égypte datant du premier millénaire avant notre ère. Hippocrate et Aristote l'employaient comme anaphrodisiaque (calmant, anesthésiant). Comme à toutes les menthes, la tradition lui attribue des propriétés aromatiques (toniques, fortifiantes) et des propriétés digestives (combattre les lourdeurs, les ballonnements, les gaz).

Antispasmodique du fait l'action du menthol sur la musculature lisse, la menthe était considérée autrefois comme une panacée. Le menthol et l'huile essentielle sont antibactériens et antioxydants.
Si les propriétés attribuées à la feuille de menthe n'ont pas été évaluées rigoureusement par des essais chez l'humaain, les propriétés spasmolytiques (= antispasmodiques) de l'huile essentielle ont été confirmées par des essais cliniques en double aveugle versus placebo , notamment chez des patients souffrant de douleurs abdominales et de ballonnements (syndrome dit du « côlon irritable »). Elles ont aussi été vérifiées par des essais comparatifs lors d'examens radiologiques ou endoscopiques. Le menthol induit une sensation de froid par stimulation des thermorécepteurs : cela explique l'impression subjective de mieux respirer (en cas de rhume, par instillation nasale), aussi bien que le soulagement d'un prurit (par application locale).

Actuellement, les principales indications thérapeutiques « traditionnelles » admises (en France) pour la feuille et la sommité fleurie de menthe poivrée sont les suivantes :

  • traitement symptomatique de troubles digestifs (ballonnement, lenteur à la digestion, etc.), y compris ceux qui sont attribués à une origine hépatique ;
  • traitement adjuvant des douleurs liées aux troubles fonctionnels digestifs ;
  • pour faciliter les fonctions d'élimination urinaire et digestive.

En usage local, les médicaments à base de menthe sont utilisés (de fait ce sont généralement des produits à base d'huile essentielle):

  • en cas de prurit, comme adoucissant et comme protecteur (ex. : crevasses, piqûres d'insectes) ;
  • en cas de nez bouché, de rhume ;
  • pour l'hygiène buccale ;
  • comme antalgique dans les affections buccales ou pharyngées.

Autres utilisations possibles par voie externe de l'huile essentielle : soulager les maux de tête (EMEA), migraines et sinusites, les démangeaisons cutanées, les algies rhumatismales et musculaires (usage reconnu en Allemagne) (se renseigner auprès d'un aromathérapeute, médecin ou pharmacien par précaution car c'est une substance très active).

Précautions d'emploi (pour l'huile essentielle) :

  • L'huile essentielle de menthe et le menthol peuvent provoquer des troubles graves chez le jeune enfant lorsqu'ils sont appliqués sur les narines et le visage (risque de détresse respiratoire, de coma). La monographie élaborée par l'Agence européenne du médicament (EMEA) précise que son usage n'est recommandé ni avant huit ans, ni chez la femme enceinte ou allaitante. Son utilisation par voie cutanée est réservée à l'adulte ;
  • L'obstruction des voies biliaire et l'inflammation de la vésicule biliaire constituent des contre-indications ;
  • Le contact avec les muqueuses et les yeux peut provoquer des irritations ;
  • De rares cas d'allergie ont été signalés à la suite d'application cutanée. Ne pas utiliser dans le bain ou sur l'ensemble du corps.
  • Certains auteurs préconisent de ne pas l'utiliser chez des sujets épileptiques.

Source: WIKI

Pour vous le bio c'est