Accueil Actualités Des « igloos » construits avec des pneus usagés en Colombie


Des « igloos » construits avec des pneus usagés en Colombie

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Pionnière de ce projet en Colombie, Alexandra Posada, une militante écologiste, a organisé la construction de bâtiments originaux aux murs arrondis dans la localité de Choachi, à une quarantaine de kilomètres de la capitale. « On me fait cadeau de ces pneus car c'est un problème gigantesque que s'en débarrasser. Ils mettent des milliers d'années à se décomposer », explique à l'AFP cette femme de 35 ans qui supervise les travaux, en jeans et coiffée d'un chapeau de cow-boy. « Utilisés pour la construction, ils deviennent des briques virtuellement éternelles », ajoute-t-elle.

Pour convertir les pneus en blocs compacts d'environ 200 à 300 kilos, on les emplit de terre. Des barres de fer sont également intercalées entre les pneumatiques de diverses tailles, selon qu'ils proviennent de camions ou de voitures. Cette technique, qui tire profit de la flexibilité du caoutchouc, permet aux habitations, accrochées à flanc de colline dans la cordillère des Andes, de faire face aux secousses telluriques, très fréquentes dans cette région. Les plafonds de ces maisons sont réalisés en ciment pour les chambres et la cuisine et avec du bois pour la salle à manger, par souci esthétique. Le toit est recouvert de pneumatiques qui font office de tuiles

5,3 millions de pneus abandonnés par an
L'utilisation de pneus usagés est une bénédiction pour l'environnement. Selon des chiffres officiels, les Colombiens jettent chaque année environ 5,3 millions de pneus, soit près de 100.000 tonnes de caoutchouc abandonnées dans la nature. Parfois les pneus entassés dans ces décharges sauvages sont incendiés, causant une source de pollution importante notamment à Bogota, une mégapole de plus de 7 millions d'habitants, souvent noyée dans les nuages de fumée du trafic automobile.

« Après leur vie utile, les pneus sont jetés par les usagers. C'est une question extrêmement grave pour l'espace public, pour l'environnement et le paysage », affirme à l'AFP Franciso Gomez, chargé de ce dossier au sein du ministère de l'Environnement.

 

Source et suite de l'article: futura-sciences.com