Accueil Développement Durable Papier d'aluminium, boîte en plastique ou en verre ?


Papier d'aluminium, boîte en plastique ou en verre ?

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Quel est l'emballage alimentaire le plus écolo et sain ?


Aujourd'hui, les différents types d'emballages alimentaires font l'objets de critiques eu égard à leur empreinte écologique mais aussi à leurs risques sur la santé. Plastique, aluminium, verre...
Nous avons le choix mais lequel est le plus respectueux de l'environnement et le plus sain ? Voici quelques élements pour prendre la meilleure décision.

Pour le repas du midi, que ce soit au travail ou à l'extérieur, on le protège, la plupart du temps, dans une boîte en plastique rigide ou dans un papier d'aluminium ménager. Or, on entend souvent dire qu'un papier d'aluminium ménager aurait un impact beaucoup plus important sur l'environnement que les autres emballages. Pour en avoir le cœur net, l'EAFA[1] (Association européenne de la feuille d'aluminium) a commandité une analyse du cycle de vie (ACV)[2] auprès de l'IFEU (Institut pour la recherche énergétique et environnementale)[3]. Le résultat est surprenant...

Cette évaluation a donc comparé les deux types d'emballages. Le scénario de base a mis en balance l'impact environnemental du papier d'aluminium ménager et tous ses éléments de production et d'élimination à celui d'une boîte en plastique réutilisable lavée dans un lave-vaisselle à faible consommation d'énergie. Étant donné que la boîte en plastique est une solution réutilisable, l'étude comparative considère que l'impact du processus de fabrication ne joue qu'un rôle négligeable dans toute la durée de vie de la boîte. D'autre part, le papier d'aluminium ménager est un produit jetable, et les processus de fabrication ainsi que la consommation associée de ressources énergétiques doivent être considérés.

Un certain nombre de cas ont été étudiés : diverses épaisseurs de papier d'aluminium, divers nombres de sandwichs et différents détergents (utilisés pour la vaisselle).

Différents critères d'impact environnementaux ont été pris en compte : changement climatique, acidification, formation photochimique de l'ozone, eutrophisation des écosystèmes terrestres et aquatiques et toxicité pour l'homme : PM10. Mais aussi la demande totale d'énergie primaire et la demande d'énergie primaire non renouvelable et enfin la consommation d'eau. Dans tous les cas et pour la majorité des critères étudiés, le papier d'aluminium ménager présente des impacts environnementaux égaux ou inférieurs à ceux de la boîte en plastique. Ainsi, le lavage d'une boîte à sandwich en plastique est au moins autant préjudiciable à l'environnement que l'utilisation d'un nouveau morceau de papier d'aluminium correctement dimensionné par rapport au contenu exerçant la même fonction.

Malgré cela, le papier d'aluminium souffre d'une mauvaise image et est même interdit dans certaines crèches et écoles de plusieurs pays européens. Ceci s'explique principalement à cause des déchets que ce type d'emballage, non réutilisable, entraîne. Par contre, la boîte à sandwich ou « gamelle » réutilisable en plastique rigide est généralement considérée comme respectueuse de l'environnement. Or le bilan de l'étude de l'IFEU prouve le contraire, même en considérant que l'aluminium une fois utilisé, n'est pas recyclé. Or, le papier d'aluminium est 100 % recyclable. Dans certains pays, le papier d'aluminium ménager peut être jeté avec les emballages et suit la voie de récupération correspondante qui peut être le recyclage des matériaux ou la production d'énergie. Dans d'autres pays, il est jeté avec les ordures ménagères.

En France, le papier aluminium n'est pas recyclé et part, avec les ordures ménagères à l'incinération ou dans des décharges. En effet, les centres de tri ne sont pas équipés pour trier ces emballages de petite taille. Résultat : seulement 32 % de aluminium était recyclé en France en 2012. "Cette situation est d'autant plus insatisfaisante que la filière industrielle de recyclage d'aluminium en France manque de matière à recycler", souligne le Club de l'emballage léger en aluminium et en acier (Celaa), dans le magazine Environnement & Technique.

L'aluminium : quels risques pour la santé ?


De surcroît, il existe une certaine défiance vis-à-vis de l'aluminium qui, à forte dose, est préjudiciable à la santé. En effet, plusieurs études laissent à penser que l'aluminium présente une neurotoxicité pouvant entraîner la maladie d'Alzheimer ainsi que d'autres maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson. <

 

A ce titre, il est suspecté de migrer dans les aliments lorsqu'ils sont chauds et/ou acides : « de la même manière que les ustensiles, l'aluminium présent dans les emballages alimentaires peut migrer vers les aliments, surtout lorsque ces derniers sont chauffés et/ou s'il s'agit d'aliments acides. Préférez donc les emballages et bocaux en verre pour la conservation de vos aliments. Quant aux canettes de soda, vérifier la DLUO (Date limite d'utilisation optimale) car plus le liquide reste dans la canette, plus le risque de contamination est élevé. » préconise l'Association Santé Environnement France. Or, 66 % des consommateurs européens sont préoccupés par le risque de relargage de produits chimiques contenus dans les emballages vers les produits alimentaires qu'ils contiennent, selon une étude européenne d'analyse du comportement des consommateurs en matière d'emballage et de sécurité alimentaire[5].

Toutefois, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (anses) n'évoque pas cette potentielle migration mais indique que la population générale est essentiellement exposée à l'aluminium[4] par les aliments, qui en contiennent naturellement, les produits de santé, et les cosmétiques. Par contre, la boîte en plastique, comme le film alimentaire peuvent contenir différents composés chimiques inquiétants et de plus en plus interdits comme les phtalates et le bisphénol A, deux perturbateurs endocriniens. <


Quid des autres emballages ?


Il existe d'autres types d'emballages : le film étirable, les sacs en papier, le papier sulfurisé et les boîtes en verre. L'étude de l'IFEU n'a pas procédé à d'analyses pour ces emballages mais rappelons que l'aluminium est hygiénique, et offre un très bon degré de protection contre les effets néfastes de la lumière, de l'air ou des arômes étrangers sur la qualité des aliments.

Les atouts du verre


On retrouve une grande partie de ces bénéfices dans le verre : naturel, imperméable, inerte et neutre, il permet de conserver les aliments et leurs vitamines en toute sécurité[6]. Ce qui n'a pas échappé aux consommateurs européens puisque 49 % d'entre eux considèrent que le verre est le matériau d'emballage le plus sûr pour les produits alimentaires, loin devant les autres types d'emballages alimentaires[5].
Rappelons que le verre est un matériau-barrière monocouche, imperméable par définition, opposant une protection absolue aux bactéries, agents atmosphériques et chimique. Au niveau environnemental, il est majoritairement issu de verre recyclé, et est recyclable à 100 % et à l'infini.
Seul bémol : son poids, qui explique en grande partie son désintérêt croissant. Pourtant, l'allègement et l'éco-conception des emballages en verre est une priorité pour les verriers qui ne souhaitent toutefois pas rogner sur ses exceptionnelles caractéristiques.
Au final, la feuille d'aluminium ne mérite pas tant de désaffection, surtout lorsqu'on la compare avec la boîte en plastique définitivement une mauvaise idée pour l'environnement et la santé. Toutefois, lorsque le verre peut être une solution pour protéger les aliments, n'hésitez pas à privilégier le matériau certainement le plus sain et écologique, utilisé depuis plus de 5000 ans !

Notes

1 - L'EAFA (Association européenne de la feuille d'aluminium) est l'association internationale qui représente les lamineurs de feuille d'aluminium et les fabricants de capsules en aluminium et de barquettes en feuille d'aluminium, ainsi que de tout autre emballage souple. Elle compte plus de 100 sociétés membres basées en Europe de l'Ouest, Europe centrale et Europe de l'Est. Fondée en 1974, ses racines dans de précédentes associations remontent aux années 1920.
2 - L'IFEU (Institut pour la recherche énergétique et environnementale) est un institut de recherche écologique à but non lucratif. Il a été fondé en 1978 en tant que centre d'excellence indépendant pour la recherche environnementale par des membres de l'Université de Heidelberg.
3 - Une analyse du cycle de vie est une méthodologie reconnue dans le monde entier qui permet à l'utilisateur de reproduire des systèmes de production afin de déterminer l'impact et les dommages environnementaux engendrés par ces systèmes. C'est l'approche holistique de l'évaluation du cycle de vie complet d'un produit qui a donné ce nom à cette méthode.
4 - L'aluminium est un métal naturellement présent dans l'environnement. C'est le 3ème élément le plus abondant dans la croûte terrestre, dont il représente 8%. Il est présent dans les sols et les eaux, y compris celles utilisées pour produire de l'eau destinée à la consommation humaine. Il peut donc se retrouver dans les ressources en eau ou les aliments.
5 - Etude intitulée « Analyse du comportement des consommateurs en matière d'emballage et de sécurité alimentaire » a été réalisée en février-mars 2014 par la société d'études InSites Consulting auprès de 8 000 consommateurs européens dans 11 pays. Elle révèle une montée en puissance des sujets de santé.
6 - Nathalie Gontard, professeur de l'Université Montpellier II, directeur de recherche à l'INRA et experte à l'EFSA indique : « Le verre est un matériau inerte et stable, peu ou pas sensible à son environnement (peu / pas d'interaction avec les aliments, même riche en lipides), peu sensible aux hautes températures et au temps, dont les constituants ne migrent pas significativement. La meilleure preuve que l'on puisse apporter de l'inertie du verre, c'est qu'il est considéré comme le matériau de référence dans les laboratoires de recherche, une expérience « in vitro », doit en effet s'effectuer en milieu neutre, où tout échange entre le contenant et le contenu doit être réduit au strict minimum. ». L'étude "Etude de l'influence de l'emballage et de la matrice sur la qualité du jus d'orange" met notamment en évidence les bienfaits du verre sur la préservation de la vitamine C dans le jus d'orange, contrairement aux emballages en plastique (PET).


Source : Notre-planete.info

Le développement durable est une notion récente qui désigne des actions visant à concilier le monde de l'économie, avec celui de l'écologie et celui du social. Pour vous :